Officiel : Norman Nato rejoint l'équipe Venturi en Formule E

Selon le fondateur et PDG de la Formule E, Alejandro Agag, une modernisation technologique et une implication accrue de la part des constructeurs impliquent que la Formule E va devoir faire face à sa plus grande saison cette année.

Le championnat de monoplaces 100% électriques débutera sa cinquième saison la semaine prochaine en Arabie Saoudite, alors qu’une série de changements significatifs seront présentés lors de cette première manche.

La nouvelle monoplace GEN2 fera ses grands débuts en course, alors qu’une nouvelle technologie de batterie permettra aux pilotes de parcourir la distance totale d’une course sans jamais devoir passer par les stands pour changer de véhicule, comme ce fut le cas dans les années précédentes.

La saison 5 verra également l’introduction d’un nouveau mode « d’attaque » stratégique, une fonctionnalité inspirée du célèbre jeu vidéo Mario Kart, et qui offrira un surcroît de puissance aux pilotes dans certaines zones spécifiques du circuit.

Enfin, après Nissan, Jaguar, BMW et Audi, Mercedes s’impliquera à son tour en Formule E au cours de la saison 2018/19 en s’associant à l’équipe HWA, une filiale du constructeur allemand, et qui devrait ressembler à une sorte de répétition générale avant son entrée officielle sur la grille avec Porsche en saison 6.

« Je pense que la saison 5 est la grande saison pour la Formule E. » déclare Agag à Reuters. « Je pense que la saison 5 est le moment de vérité pour la Formule E. »

« Désormais, les gens viennent [en Formule E] en supposant qu’il s’agisse d’une entreprise à long terme et qui jouera un rôle très important dans le sport et l’industrie automobile. »

« Nous ne pouvons pas échouer, nous avons de nouveaux fabricants, de nouveaux sponsors. C’est génial, mais cela signifie aussi plus de responsabilités. »

« Les voitures électriques vont aller de plus en plus vite, je pense que nous allons maintenant vers des batteries plus petites avec la même quantité de puissance et une charge ultra-rapide, donc peut-être un ou deux arrêts au stand lors des courses avec la troisième génération. »

« Cela signifiera moins de poids, encore plus de puissance, donc, beaucoup plus de performance. Je pense que les générations quatre et cinq peuvent être au niveau que les monoplaces de Formule 1. »