«Gilets jaunes» : «Le président de la République va devoir s'exprimer», dit Jacqueline Gourault

La ministre de la Cohésion des territoires estime jeudi matin que le président de la République va devoir prendre la parole sur la crise des «gilets jaunes». D’autres responsables politiques, à l’image de Laurent Wauquiez, lancent le même appel.

L’Élysée craint une «très grande violence» samedi Paris. Les appels se multiplient pour qu’Emmanuel Macron prenne la parole. «Je pense que le président de la République va devoir s’exprimer, a déclaré jeudi matin la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault. Je suis personnellement persuadée qu’il y a deux choses dans le pays: une demande de plus grande justice sociale et deuxièmement, il y a aussi un besoin de respect d’ordre et de respect des institutions.» Reste à savoir si cette prise de parole peut intervenir avant la manifestation de samedi. «Il va décider lui quand il le fait, je ne doute pas qu’il le fasse au bon moment», a poursuivi la ministre au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

Une position également défendue par le ministre des Relations avec le Parlement, Marc Fresneau. «Il parlera aux Français», a-t-il déclaré sur LCI. «On verra quand il parlera, il le fera quand c’est utile. Un, pour que la sérénité revienne. Et deux, pour que les voies du dialogue soient posées sur la table.» Et d’ajouter: «C’est la responsabilité du président de la République que de décider à quel moment et avec quelle justesse il faut s’adresser aux Français.»

Un appel également entendu dans les rangs de l’opposition. «Pour que ce message soit entendu, il faut également qu’il soit exprimé au plus haut niveau de l’Éta» a déclaré le président de LR, Laurent Wauquiez, sur Europe 1. J’appelle à la responsabilité du président de la République pour qu’enfin il s’exprime lui-même, qu’il ait cette parole attendue qui vienne confirmer le signe d’apaisement qui a été envoyé enfin hier soir». Laurent Wauquiez a par ailleurs lancé un appel au calme dans la perspective de la mobilisation de samedi. «J’appelle le mouvement des ‘gilets jaunes’, que j’ai toujours soutenu, à ce qu’il combatte toute forme d’expression de violence samedi prochain.»

Le président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, a lui aussi appelé le chef d’Etat à s’exprimer le plus rapidement possible. «Nous regrettons son invraisemblable silence», a-t-il déclaré mercredi au Monde.

Depuis les violences qui ont frappé Paris et plusieurs autres villes samedi dernier, Emmanuel Macron n’a pas pris la parole publiquement. Il est allé constater les dégâts dimanche à Paris puis, mardi après-midi, à la préfecture du Puy-en-Velay, qui avait été incendiée.

Il s’est aussi exprimé sur le sujet en Conseil des ministres mercredi, demandant, selon le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, «aux forces politiques et syndicales, au patronat de lancer un appel clair et explicite au calme».

Macron doit-il changer de Premier ministre ? – Regarder sur Figaro Live