Japon 2019 : quatre outsiders pour le dernier billet

Situé à deux pas de l’Orange Vélodrome, le Stade Pierre-Delort accueille, du 11 au 23 novembre, le tournoi de repêchage de la Coupe du monde 2019, qui verra s’affronter le Canada, le Kenya, Hong Kong et l’Allemagne pour la dernière place qualificative. «Je suis très heureux que la France accueille le tournoi de repêchage de la Coupe du Monde de Rugby 2019, a déclaré le président de la FFR, Bernard Laporte. Avec l’organisation de ce tournoi, la FFR renforce son engagement pour le développement du rugby mondial».

À l’heure où les dix-neufs autres nations préparent déjà la compétition avec les tournées de novembre, les quatre dernières rescapées du système de qualification y achèveront un véritable parcours du combattant. Lors du tour précédent, les Allemands ont cédé face aux Samoa, le Canada a été éliminé par l’Uruguay en février, Hong Kong a battu les Îles Cook et le Kenya s’est qualifié lors de l’Africa Gold Cup, en terminant deuxième derrière la Namibie.

Parmi ces quatre prétendants à l’ultime sésame, seul le Canada a déjà participé à la Coupe du monde. Pour les autres, une participation serait historique. Le Kenya, performant en rugby à VII, pourrait, en cas de qualification, être la troisième équipe africaine du tableau avec la Namibie et l’Afrique du Sud, une première dans l’histoire de la Coupe du monde. Même situation avec Hong Kong, connu pour son tournoi de rugby à VII, serait en cas de participation la seconde équipe asiatique de la compétition avec le pays hôte, le Japon.

Le Canada en favori, l’Allemagne en rêve

Avec huit participations à la Coupe du monde, le Canada est l’équipe la plus expérimentée de ce tournoi de repêchage. Pourtant, le pays à la feuille d’érable est aujourd’hui 23e au classement World Rugby, derrière un adversaire direct Hong Kong, 21e. «On n’a pas été beaucoup aidé dans notre développement pour se lancer dans un nouveau cycle, explique le Canadien Van Der Merwe. (Le sélectionneur) Kieran Crowley est parti six mois après la Coupe du Monde 2015, Mark Anscombe est venu et n’a tenu que quelques mois, puis Kingsley Jones est arrivé et a commencé à remodeler l’équipe.» Néanmoi,s, le groupe canadien pourra compter sur les retours, très attendus, de Matt Evans, Ciaran Hearn, Jamie Mackenzie et Conor Trainor, absents des terrains pour blessure. Et l’ancienne formation de Jamie Cudmore restent sur trois victoires face à Coventry, l’université d’Oxford et les Tonga.

Petit-Poucet du tournoi, l’Allemagne, 29e au classement World Rugby, rêve de phases finales. Et pour ce faire, les Allemands ont mis les moyens pour atteindre leur Graal. L’actuel propriétaire allemand du Stade français, Hans Peter-Wild a déjà investi quelques millions dans l’aventure. En septembre dernier, la sélection allemande signait un renfort considérable avec l’arrivée Mike Ford à la tête de son staff, qui comptait déjà l’ancien international anglais, Mourithz Botha (10 sélections).

Une situation complètement nouvelle pour l’ancien coach de Toulon. «Vous entraînez les meilleures équipes du monde, et ensuite vous arrivez en Allemagne pour vous occuper de joueurs qui jouent à temps partiel. Ils se lèvent tôt le matin, font de la mise en condition physique, vont ensuite travailler, et participent à un entraînement collectif le soir», explique-t-il, avant d’ajouter : «j’espère que nous pourrons surprendre les autres équipes à Marseille avec notre cœur, notre engagement et notre plan de jeu. C’est un défi excitant et unique, nous serons l’équipe la mieux préparée et celle qui aura le plus faim.» 

Le programme des matches :

11 novembre
Canada – Kenya (13h00) 
Hong Kong – Allemagne (16h00) 

17 novembre
Hong Kong – Kenya (13h00) 
Canada – Allemagne (16h00) 

23 novembre
Kenya – Allemagne (18h00) 
Hong Kong – Canada (21h00)

Le vainqueur sera placé dans la poule B du Mondial,l’une des plus relevée, avec les All Blacks, les Springboks, l’Italie et la Namibie.

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de