XV de France : Picamoles n'a «pas à prouver quoi que ce soit à personne»

Samedi soir, face à l’Afrique du Sud, Louis Picamoles fêtera sa 70e sélection. A 32 ans, le troisième ligne de Montpellier effectue ainsi son grand retour en Bleu après avoir vécu une fin de saison agitée en raison des soubresauts consécutifs à la nuit arrosée à Edimbourg, lors du dernier Tournoi des Six Nations. Absent de la tournée en Nouvelle-Zélande, le voilà de nouveau titulaire.

Dans quel état d’esprit abordez-vous ce retour en Bleu ?

LOUIS PICAMOLES. Je suis content bien sûr. Fier aussi. Je le prends avec joie. Maintenant j’ai juste envie d’être au match pour prendre le maximum de plaisir avec l’équipe.

D’un point de vue personnel, estimez-vous avoir quelque chose à prouver ?

Non. J’ai juste envie d’être sur le terrain et de prendre du plaisir et je n’ai pas envie de prouver quoi que ce soit à personne.

Le fait que vous soyez-là valide-t-il votre discours selon lequel il n’y a pas eu de différend avec Jacques Brunel ?

Mais moi j’ai toujours dit qu’il n’y avait eu aucun souci avec Jacques.

Et réciproquement ?

Oui, je pense.

Vous aviez malgré tout souhaité vous mettre en recul en juin…

Oui mais je ne reviendrai pas là-dessus. Je regarde devant.

Avez-vous le sentiment qu’on attend toujours beaucoup de vous au regard de votre profil un peu unique à votre poste ?

J’essaie juste de travailler parce que je sais que je peux encore progresser pour apporter un maximum à l’équipe. Ça n’a pas toujours été le cas, mais j’espère apporter quelque chose de plus à l’équipe samedi.

Arrivez-vous plus frais mentalement et physiquement que d’habitude ?

Je me sens bien. C’est sûr que j’ai eu plus de break à l’intersaison, une bonne préparation, même si j’ai eu quelques contraintes avec mon opération à l’épaule. Mais la fraîcheur est là.

Jacques Brunel a rappelé l’aspect primordial du match contre l’Afrique du Sud…

Tous les tests sont importants, mais on sait très bien que celui-là, face à l’Afrique du Sud qui est en ce moment l’équipe peut-être la plus proche des Néo-Zélandais, sera primordial pour lancer la saison internationale. Forcément c’est un gros défi, un beau défi aussi. Depuis quinze jours on sent l’équipe monter en excitation et je crois que tous les joueurs ont envie de prendre et donner du plaisir.

LIRE AUSSI >Des prix cassés pour France – Afrique du Sud

Le Stade de France ne sera pas plein. Si vous deviez donner une raison aux gens de venir voir ce match, que diriez-vous ?

Je ne vais pas promettre des choses. Notre mission première est de reprendre du plaisir sur le terrain. Et si on arrive à faire ça, on en donnera peut-être un plus à nos supporteurs et les gens auront plus envie de venir nous voir. Mais ça passe par des actes sur le terrain plus que par des paroles ou des messages.

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de