Soprano, le “rappeur gentil”, cartonne toujours : “Mon plus grand public, il est en Belgique !” (VIDÉO)

Abonnés
Interview > Pierre-Yves Paque
Publié le
– Mis à jour le

MusiqueEntre son statut de coach à The Voice et la sortie de son nouvel album, le rappeur Soprano se confie sur son succès.

Moi, un rappeur gentil ?”, sourit le chanteur de 39 ans, Saïd M’Roumbaba de son vrai nom, quand on lui dit qu’il est l’antithèse du cliché du rappeur comme Booba ou Kaaris. “J’essaye de faire de mon mieux, même si personne n’est parfait… Mais oui, je suis un calme, moi. Je reste dans mon coin, j’emmerde personne et je fais ma musique. Quand on m’appelle pour faire une collaboration (avec Niska, par exemple, NdlR) , je le fais souvent car j’aime partager. Quand je vois ces histoires de clashs, j’oublie le côté rappeur.”

Pour paraphraser l’un des titres de Phoenix, votre nouvel album, il parait qu’on ne vous appelle plus Casanova ?

” (Éclats de rire) C’est mieux, sinon je vais avoir des problèmes chez moi (sourire) ! À la base, cette chanson n’était pas prévue sur cet album. Avec son refrain reggaeton, je l’avais écrite pour Kendji Girac. Puis, on m’a dit de garder cette valse à trois temps car ça permettait de varier les choses sur mon disque. Mais je savais que ce morceau allait me créer des problèmes car on va croire que je parle de moi et que j’ai aimé plein de femmes alors que non. Mais ça va, ma femme (Alexia avec qui il est marié depuis 2006, NdlR) l’a écouté et elle n’a pas mal réagi. Car cela ne parle pas de moi, c’est un personnage !”

(…)

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de