Lyon à la chasse au doute à Guingamp

Dès jeudi, après le résultat nul concédé devant Hoffenheim (2-2) en Ligue des Champions, le président de l’OL Jean-Michel Aulas avait, comme à chaque période difficile, endossé son habit de premier défenseur du club rhodanien. Si celui-ci a tenu à souligner la pertinence des «options tactiques» de Genesio, il a rapidement évoqué «un manque de confiance chez les joueurs qui doit être réglé». «Nous nous sommes arrêtés de jouer», lorsque l’équipe lyonnaise menait de deux buts, a-t-il noté. Mais il a très vite dévié sur l’environnement «négatif» autour de l’OL, dans un mode «seul contre tous». «A force d’entendre des critiques permanentes qui ne sont pas toutes justifiées, les joueurs peuvent en être affectés. En tout cas plus que le président, qui a un peu d’expérience», a-t-il estimé. «Il faut arrêter de dramatiser. Les médias font leurs unes et leurs articles sur ce qui ne va pas mais l’OL est 4e en championnat de France, à quatre longueurs du 2e, et nous sommes, après le 4e match, en course pour nous qualifier pour les 8es de finale de Ligue des Champions», a-t-il poursuivi.

 Tanguy Ndombélé recadré par Aulas

Dans ce registre, Jean-Michel Aulas est reparti à l’attaque dès jeudi sur Twitter, son outil de communication privilégié. «L’OL ne mérite pas cet acharnement: OL 6 points, 2e PSG 5 points et 3e ASM 1 point. Les joueurs ont besoin de confiance. Aidez-nous plutôt que de salir», a-t-il appelé. Mais il est aussi intervenu auprès de ses joueurs, ce qui fait dire à Bruno Genesio que lui-même et son président «ne dédouanent personne». Ainsi, Tanguy Ndombélé, coupable de nonchalance contre Bordeaux, s’est fait recadrer publiquement par JMA dès samedi pour ne pas avoir «été assez concerné» . Et la réaction a été vigoureuse contre Hoffenheim avec une bonne performance du nouvel international.

Fekir forfait à Guingamp

«Quand on est dans un contexte plutôt négatif, quand on pointe sur ce qui ne fonctionne pas, il peut y avoir un impact sur le mental. Les joueurs sont des hommes avant tout», a encore plaidé le technicien vendredi en conférence de presse. «Il y a deux lectures d’un match, positive ou négative. A moi d’inverser la tendance», a-t-il dit également. Quand à son cas personnel, Genesio, cible privilégiée d’une frange du public lyonnais qui finit de conditionner une plus grande partie, il affirme «s’y être habitué». «Je le vis super bien», a-t-il répondu au second degré. «J’y suis habitué maintenant. De toutes façons, je n’avais pas commencé à prendre l’équipe que j’étais déjà l’homme à abattre. Je le vis plutôt bien même si au début c’était difficile. Je prends du recul», a-t-il confié. Jeudi, il avait convenu que seule une victoire redonnerait le moral à tout le monde. Et juste avant la trêve internationale, un succès serait le bienvenu. Ce sera sans Nabil Fekir. Le meneur de jeu et capitaine de l’OL est forfait pour le déplacement à Guingamp en raison de douleurs aux adducteurs.

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de