Ligue des champions. A Brest, c'est déjà demain !

Les Brestoises (ici Pineau, de dos, Tissier, Idéhn et Coatanéa) ont fait le boulot en se qualifiant pour le tour principal, mais elles engrangeraient de précieux points en s’imposant face à Copenhague, ce samedi…
Les Brestoises (ici Pineau, de dos, Tissier, Idéhn et Coatanéa) ont fait le boulot en se qualifiant pour le tour principal, mais elles engrangeraient de précieux points en s’imposant face à Copenhague, ce samedi… (Photo Nicolas Créach)

Déjà qualifié pour le tour principal grâce à ses deux succès contre Sävehof qui, sauf miracle, sera l’éliminé du groupe B de Ligue des champions, le Brest Bretagne Handball doit maintenant capitaliser pour la suite en janvier. Copenhague, ce samedi (15 h) à l’Arena, tombe à pic.

Le Brest Bretagne Handball a encore deux mois devant lui et deux matchs à jouer avant de penser au tour principal (« main round ») de la Ligue des champions, mais janvier se joue peut-être (sûrement) dès maintenant. « Nos joueuses qui ont déjà joué un main round le disent : commencer avec un point, c’est très difficile, mais pas impossible. »

Laurent Bezeau pose le cadre : les points acquis en phase de groupes feront, en partie, les points de demain, au tour principal (25 janvier – 10 mars). Dans la future poule 1, qu’intégreront les trois premiers des groupes A et B, le BBH perdra le gain de ses deux victoires contre Sävehof, le très probable éliminé de son groupe B, mais conservera les points acquis face à Rostov (leader qualifié, qui sera le dernier adversaire des Brestoises le samedi 17 novembre) et Copenhague, très probable qualifié aussi et attendu ce samedi (15 h) à l’Arena.

à lire sur le sujet Pourquoi Brest doit battre Copenhague

« L’idéal, ce serait de gagner les deux, reconnaît Bezeau. Si on perd les deux, ce sera plus problématique mais… » pas rédhibitoire donc selon lui, confer ses propos plus haut. En attendant, pour le moment, le BBH n’a mis qu’un seul point au chaud (le nul contre Rostov), ce qui reste maigre alors que les Brestoises s’étaient inclinées après une prestation en dents de scie au Danemark à l’aller (32-28). « C’était le premier match de la saison en Ligue des champions, on n’était pas encore capables de faire un match de Ligue des champions », plaide Bezeau.


« Le match dans le match des gardiennes »


Même si Sävehof est apparu nettement en dessous du niveau C1, l’entraîneur brestois s’appuie sur les deux récentes victoires face aux Suédoises (39-27, 34-26) pour accréditer la thèse d’un changement de contexte avant le match retour face à Copenhague : « Le niveau sera tout autre, mais on a pris confiance, compris qu’on pouvait exister en Ligue des champions. Et on sera chez nous, avec le soutien de notre public et dans le confort de ne pas avoir subi la logistique d’un déplacement… »

Idéhn, qui remplacera une nouvelle fois Darleux (genou), aura un rôle à jouer, à travers « le match dans le match des gardiennes », précise Bezeau, qui globalement table « sur des performances individuelles internationales » pour « perturber le rythme toujours à fond des Nordiques ». La méthode est donnée. L’enjeu est dressé. Il n’y a plus qu’à (bien) préparer le tour principal, dès ce samedi.

Le groupe brestois : Idéhn, Quiniou (g) – Mauny, Lagattu, Stoiljkovic, Mangué, Pineau, Tissier, Manach-Le Calvé, Gros, Prouvensier, Coatanéa, Toublanc, Pop-Lazic, Foppa, Limal. Absentes : Gulldén (pied), Darleux (genou), Copy (doigts).

Ce samedi (15 h) à l’Arena

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de