Les étranges liens d'un député LREM avec l'Azerbaïdjan

Selon une enquête du journal Marianne, le député LREM Pierre –Alain Raphan, président du groupe d’amitié France-Azerbaïdjan à l’Assemblée Nationale entretiendrait des liens troublants avec Bakou.

Bakou

Les étranges liens d'un député LREM avec l'Azerbaïdjan

 Crédit CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

L’intégralité de l’enquête est à retrouver dans le journal Marianne de ce vendredi 9 novembre.

Pris la main dans le pot de pakhlava. Le journal Marianne révèle les liens troublants entre le député LREM Pierre-Alain Raphan et l’Azerbaïdjan.

Même si ce jeune député (34 ans) ne connaissait presque rien à au pays avant son accession au palais Bourbon, cela ne l’a pas empêché de jeter son dévolu sur le groupe d’amitié France-Azerbaïdjan à l’Assemblée nationale jusqu’à s’en faire élire président.  Son intérêt pour le pays serait né des performances de Bakou aux jeux Olympiques de 2016 en taekwondo, lui-même étant dirigeant de la ligue de taekwondo de l’Essonne explique l’hebdomadaire.

Pourquoi pas.

Coup de chance pour la dictature (dont l’image a été écornée par l’émission “Cash Investigation” qui a mis en lumière sa diplomatie du caviar et ses pratiques peu avouables dans l’Hexagone), elle n’a pas eu à lever le petit doigt avec le député. C’est Pierre-Alain Raphan lui-même qui est allé toquer à la porte de l’ambassade pour faire financer la création d’une association du nom d’Alfa (Alliance franco-azerbaidjanaise). Une structure dont le but est de faire du “lobbying en faveur du régime” explique Marianne. Et l’addition est salée. L’hebdomadaire dévoile que le député aurait demandé pour faire financer cette mission la très modique somme de 2.8 millions d’euros annuels, soit un budget de fonctionnement de 230 000 euros par mois. Pas mal pour une structure qui serait portée par seulement trois salariés.

Heureusement pour Pierre-Alain Raphan, il ne manque pas de gens compétents dans son entourage pour gérer Alfa. L’idée, aurait été de placer un de ses actuels collaborateur parlementaire qui aurait été rémunéré 3000 euros par mois rapporte l’hebdomadaire.

Joint par Marianne, le député explique que “En écoutant vos questionnements, je comprends que ça puisse interroger…” mais assure qu’il a agi “en toute transparence” et que “ses collègues du groupe d’amitié étaient tenus informés”. Un discours que l’hebdomadaire a visiblement du mal à corroborer auprès de ses collègues. La déontologue de l’Assemblée Nationale, elle explique ne pas avoir “connaissance de l’existence” des démarches du député auprès de l’ambassade d’Azerbaïdjan. Sa démarche serait une “initiative privée”.

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de