Le manque de rythme fatal à la JSK

Cette fois, c’est dit. La belle série a pris fin hier à Omar-Hamadi lorsque les Canaris se sont inclinés sur la plus petite des marges. Certains cadres n’ont pas été à la hauteur et c’est le rythme qui leur a fait défaut.

Il fallait bien que ça arrive un jour. La JSK a connu sa toute première défaite de la saison hier soir à Omar-Hamadi. Président, coach, supporters et même joueurs s’y étaient préparés depuis longtemps et donc, c’est arrivé. Cependant, difficile de passer sans revenir sur certains aspects de la rencontre car il faut le dire, l’USMA n’a pas fait son meilleur match de la saison et la réciprocité s’applique aussi aux Jaune et Vert. 20 jours. C’est le temps que sont restés les joueurs de la JSK sans compétition officielle et sans jouer le moindre match. C’est un paramètre important dans une rencontre de ce genre et hier ça a eu une importance primordiale du moment que plusieurs joueurs sont passés à côté de leur match à cause essentiellement du manque de rythme.

 

Programmation

Il faut dire que les différents changements de programmation ont fait plus de mal que de bien à la formation kabyle qui a dû rester inactive pendant 20 jours alors que l’USMA a joué entre-temps deux rencontres de championnat. Ceci a fait la différence. Un élément comme Benkhelifa qui excelle d’habitude a été tout juste moyen. Idem pour un Chetti qui n’a été que très rarement présent offensivement et pour avoir une idée, on aura vu plus un Belaïli qui avait Meziane comme client en attaque que Chetti qui a été affecté par le manque de rythme. Tout cela est dû à une programmation anarchique qui a finalement eu raison de la volonté des joueurs de la JSK car les joueurs s’entraînaient et à chaque fois, on leur disait : «On jouera tel jour». Après, on leur dit : «Finalement, on ne jouera pas à cette date, on jouera à une autre date.» Tout cela a eu un effet direct sur le groupe qui a été perturbé par cette histoire et ça s’est vérifié sur la prestation d’ensemble. L’essentiel maintenant, c’est de rapidement se relever et d’aller chercher un résultat probant à la maison face au NAHD.

  1. H.

 

 

Benkhelifa : «20 jours sans jouer a été pénalisant pour le groupe»

 

Le milieu de terrain kabyle était fortement déçu par la première défaite de son équipe cette saison. Pour lui, le manque de rythme après 20 jours sans compétition a été la cause directe de cette défaite. Cependant, il promet de tout faire pour se racheter dès la prochaine rencontre face au NAHD.

 

La JSK tombe pour la première fois. Qu’en pensez-vous ?

Bien entendu, on est forcément déçus de perdre notre premier match de la saison. On voulait que ça se passe autrement mais on n’a pas pu le faire. Je pense que la partie a été vraiment compliquée pour nous. L’USMA nous a mis en difficulté et a réussi à marquer un but. On a tenté de revenir au cours de ce match mais ça n’a pas vraiment marché pour nous.  

 

Selon vous, qu’est-ce qui n’a pas marché ?

Pour être franc, je ne saurai le dire. Ce qu’on peut dire, c’est qu’on a tout donné sur le terrain et on aurait certainement voulu faire le nécessaire pour ne pas perdre. Cependant, les choses ne sont pas allées dans le sens souhaité. Maintenant, il ne faut pas rester sur cet échec et penser d’ores et déjà à la suite du parcours qui ne sera pas du tout facile pour nous. Il faut préparer les prochains matchs et essayer de rapidement se relancer.

 

Rester 20 jours sans jouer a dû avoir un impact sur le groupe, non ?

Bien entendu. Ce n’est pas du tout évident de gérer ce genre de situation. On ne savait pas si on allait jouer tel ou tel jour. Pendant que les autres jouaient leurs matchs le plus normalement du monde, nous, on était dans l’incertitude. Donc, je peux dire que les 20 jours sans jouer nous ont causé beaucoup de difficultés et notamment par rapport au rythme qui nous a fait défaut au cours de cette partie. Il n’est jamais évident de gérer pareille situation.

 

La JSK accueille le NAHD mardi. Comment se présente ce match ?

Je pense que toutes les rencontres sont difficiles pour nous. Celle du NAHD le sera encore plus. Maintenant, le plus important pour nous, ce sera de faire une bonne préparation pour cette  rencontre et surtout tout mettre en œuvre pour aller l’emporter. Notre mission est claire, on doit obligatoirement battre le NAHD pour se relancer et oublier cette contre-performance.

  1. H.

Mellal est entré sous escorte

Le président kabyle est arrivé au stade Omar Hamadi avec la délégation soit  aux alentours de 16h35. Il a pénétré sur le terrain sous escorte et a été accueilli avec une pluie d’insultes par les supporters usmistes tandis que les supporters de la JSK l’ont accueilli en héros. Tout de suite après, le boss kabyle a rejoint le tunnel et y est resté pendant un long moment jusqu’à 10 minutes avant le coup d’envoi de la rencontre. Il a tenté de rejoindre la tribune officielle et c’était vraiment difficile pour lui du moment qu’il y avait plein de supporters de l’USMA et ces derniers l’ont bombardé d’insultes. En guise de réponse, Mellal s’est contenté d’un large sourire. Même chose à l’heure de la mi-temps puisque le président a vécu la même chose lorsqu’il est allé motiver les joueurs.

 

2 changements pour Dumas

Avec l’entraîneur en chef de la JSK, Franck Dumas, il faut s’attendre à tout. En effet, personne ne s’attendait à voir Kacem Amaouche débuter la partie face à la formation de l’USMA. Cependant, le coach a décidé de lui faire appel alors qu’il n’a pas un temps de jeu important. Il a pris la place de Benyoucef absent pour blessure. Ce n’est pas tout puisque l’autre changement effectué par le coach et c’était une option dès le départ, c’était de titulariser Belkacemi en lieu et place d’Uche suspendu et qui a purgé à l’occasion de cette partie.

 

La tribune kabyle complète 1h30 avant le début du match

Comme il fallait s’y attendre, les supporters de la JSK n’ont pas raté cette occasion pour faire un déplacement en grande masse pour suivre la rencontre. D’ailleurs, la tribune qui leur a été réservée a affiché complet 1h30 avant le coup d’envoi de la rencontre. Pour rappel, la direction du club kabyle voulait avoir 1000 places mais Hakim Serrar n’a pas voulu déroger à ce qui se fait et a décidé de donner 800 billets pour les supporters des Canaris.

 

 

 

Les joueurs s’excusent auprès des fans

Une fois le match terminé, les joueurs abattus se sont dirigés vers leurs supporters pour leur demander pardon après cette première défaite de la saison. Ils leur ont promis de rapidement se racheter dès la prochaine rencontre de championnat. A noter la très bonne réaction des kabyles qui ont applaudi Saâdou et ses camarades.

 

Le président a salué les supporters

Après les joueurs, le président Cherif Mellal est allé à la rencontre des supporters présents à Omar Hamadi et les a salués pour avoir accompagné l’équipe et avoir soutenu les leurs durant la rencontre.


Les joueurs de la JSK victimes de jets de projectiles

A la fin de la rencontre, les joueurs de la JSK sont allés saluer leurs fans et leur demander pardon. Quoi de plus normal après avoir perdu une rencontre qui était à leur portée. Cependant, à l’heure de regagner les vestiaires, certains supporters de l’USMA ont commencé leur jeter toutes sortes de projectiles, ce qui a rendu l’accès aux vestiaires très difficile pour les joueurs kabyles. Des comportements à bannir des terrains algériens.  

 

Dumas : «On a encaissé le but au moment où on était bien en place»

L’entraîneur Franck Dumas estime que son équipe ne méritait pas d’encaisser au début de la deuxième mi-temps. Sans remettre en cause la victoire de l’USMA, il confie que son équipe était bien en place en deuxième mi-temps. «On a encaissé le but au moment où on était bien en place», regrette-t-il. 


«L’USMA méritait sa victoire»

Malgré la défaite, le coach des Jaune et Vert est resté sportif jusqu’au bout. Contrairement à certains entraîneurs qui ne reconnaissaient jamais le mérite de leurs adversaires, Franck Dumas a affirmé au coup de sifflet final que les Rouge et Noir n’ont pas usurpé leur succès. «L’USMA méritait sa victoire», a-t-il dit.


«On a bien joué, mais on a manqué de réussite»

Le coach de la JSK explique la défaite de son équipe par le manque de réussite. Il n’a rien reproché à ses joueurs puisqu’il estime que dans l’ensemble ils ont bien joué. «Aujourd’hui, on a bien joué, mais on a manqué de réussite», a-t-il souligné.


«On a mal joué en première mi-temps, mais on s’est ressaisis en deuxième mi-temps»

Bien que son équipe n’ait encaissé le but fatal qu’au début de la deuxième mi-temps, Franck Dumas a indiqué à la fin de la rencontre que son équipe n’a pas bien joué en première mi-temps. «Certes, on n’a pas bien joué en première mi-temps, mais en deuxième mi-temps, on a bien joué. Malheureusement, il y a eu ce but qu’on n’aurait pas dû encaisser.»


«On a joué comme on a l’habitude de jouer»

Même si le match face à l’USMA a un cachet particulier surtout avec tout ce qui s’est passé durant toute la semaine, le coach des Jaune et Vert n’a pas mis la pression sur ses joueurs. «On a joué comme on a l’habitude de jouer. Il y a eu de belles phases de jeu, mais on a manqué de réussite. On a joué notre jeu habituel et l’USMA méritait sa victoire», a-t-il reconnu.

 

«On ne doit pas trouver des échappatoires à cause de manque de compétition»

L’entraîneur de la JSK a dénoncé avant le match les reports incessants du rendez-vous face à l’USMA, mais au coup de sifflet final, il n’a pas cherché à trouver des excuses à la défaite de son équipe. «On ne doit pas trouver des échappatoires à cause de manque de compétition. Ce qui s’est passé a chamboulé notre préparation, mais on ne doit pas chercher des justificatifs à cette défaite», a-t-il indiqué.

 

«Le plus grand gagnant, c’est la Ligue après sa grosse bêtise»

D’un ton ironique, Franck Dumas a affirmé que le plus grand gagnant, c’est la Ligue de football professionnel qui avait éprouvé toutes les peines du monde pour programmer ce choc de la 13e journée du championnat. «Le plus grand gagnant de ce match, c’est la Ligue après sa grosse bêtise.»


«Je ne parlerai pas d’Amaouche, mais je parlerai de tout le groupe»

Chauffant le banc depuis plusieurs semaines, l’attaquant Kacem Amaouche a été titularisé d’entrée face à l’USMA. Interrogé sur ce joueur, l’entraîneur de la JSK n’a pas voulu s’exprimer sur la prestation de ce joueur. «Je ne parlerai pas d’Amaouche, mais je parlerai de tout le groupe. Comme je l’ai déjà dit, on a bien joué, mais l’efficacité nous a fait défaut», a-t-il répondu.

 

«On doit vite oublier cette défaite pour se concentrer sur le match face au NAHD»

Malgré s’il regrette cette défaite la première depuis l’entame du championnat face au leader qui a creusé l’écart jusqu’à 6 points, Franck Dumas ne veut pas dramatiser les choses. Il sait que ça ne sert à rien de se lamenter surtout qu’il reste encore 3 matches pour la fin de la phase aller. «On doit vite oublier cette défaite pour se concentrer sur notre prochain match face au NAHD.»


«On remercie nos supporters pour leur soutien»

Malgré toute la polémique qui a précédé la rencontre, les supporters des Jaune et Vert se sont déplacés en grand nombre hier à Bolghine. L’entraîneur Franck Dumas ne les a pas oubliés. «On remercie nos supporters qui sont venus en grand nombre pour nous soutenir», a-t-il conclu.

Massinissa H.

 

La réponse de Franck Dumas à celui qui l’a frappé avec une barre de parasol

« Je le cherche pour la lui rendre, car il en a peut-être toujours besoin»

Au cours de ses impressions d’après match, l’entraîneur Franck Dumas a annoncé devant un parterre de journalistes en tenant la barre (probablement d’un parasol) qu’il cherche celui qui l’a frappé avec pour la lui rendre. «Je cherche celui qui m’a frappé avec cette barre pour la lui rendre. Il en a peut-être besoin», a-t-il déclaré.

  1. H.

Benabderrahmane : «Pour moi, Serrar a perdu»

En dépit de la défaite de son équipe à Bologhine, la première depuis l’entame de la saison, le directeur général de la JSK Nassim Benabderrahmane n’a pas raté l’occasion pour titiller son homologue de l’USMA Abdelhakim Serrar. «Pour nous Serrar a perdu ce match, car lors de la dernière discussion que nous avons eue avec lui, il nous a dit que si son équipe ne s’impose pas par 3 buts à 0 ou plus, ce sera pour lui une défaite. Du moment qu’on a perdu que par un but à 1, il ne nous a pas gagnés», l’a-t-il taquiné.


«20 jours sans compétition, cela a influé sur l’équipe»

Si l’entraîneur Franck Dumas n’a pas cherché à justifier la défaite de son équipe par le manque de compétition, le DG de la JSK pense que le fait que les joueurs sont restés plus de 20 jours sans jouer, cela a influé sur eux. «20 jours sans compétition, cela a influé sur les joueurs. S’il n’y avait pas ces reports incessants, le résultat serait autre», a-t-il poursuivi.


«On a félicité les joueurs, car ils ont bien joué»

Malgré la défaite, les dirigeants ont félicité les joueurs pour leur rendement au coup de sifflet final. «On a félicité les joueurs, car ils ont bien joué. On n’a pas à rougir de cette défaite. Les joueurs ont tout donné, mais la réussite n’a pas été au rendez-vous», a confié Benabderrahmane.

Massinissa H.

 

Bougherra et Belmadi à Bologhine pour Benguit et Chita 

Le sélectionneur national Djamel Belmadi était présent hier à Bologhine. L’occasion pour lui de voir les deux meilleures équipes du moment et d’apprécier le niveau du championnat où il pourrait tout de même repérer quelques bons éléments.

L’ex-défenseur des Verts Madjid Bougherra, futur adjoint de Belmadi, était également présent hier à Omar-Hamadi de Bologhine pour assister au choc entre les deux meilleures formations du championnat. Selon nos informations, les deux ex-internationaux étaient là pour Benguit et Chita.

 

 

USMA : Récupération après le match

La formation usmiste n’a pas rejoint directement les vestiaires après le coup de sifflet final de M. Ghorbal. Les camarades de Meziane sont restés pour une légère séance de récupération avant de rejoindre les douches et fêter la victoire.


Benguit sorti par précaution

Auteur d’un très bon match dans le milieu de terrain, le jeune Benguit a été sorti par son entraîneur à l’heure de jeu. C’est par précaution que Froger a décidé de le remplacer vu qu’il enchaîne beaucoup de matches ; ce qui lui permettra de ne pas trop se dépenser et rester quelque peu frais. Ce changement a également permis à Froger de donner du temps de jeu au revenant Benkhemassa qui a eu droit à une demi-heure.


 

 

 

Serrar : «Je pardonne à Mellal»

Le directeur général de l’USMA Abdelhakim Serrar était ravi du bon déroulement de la rencontre et de la victoire de son équipe. Il est revenu sur ses rapports avec Mellal qu’il a accueilli personnellement pour ne pas laisser les choses s’envenimer. «Nous avons bien reçu l’équipe de la JSK. J’ai accueilli personnellement le président Mellal. Dans un moment de colère, chacun a son vocabulaire et sa façon de s’exprimer. Maintenant, il ne faut pas en faire une histoire. Nous avons tous une réputation  ne pas salir. Personnellement, je ne désigne jamais les personnes par leur nom, mais par leur fonction ou le poste occupé. Mellal est le président de la JSK. Il a un père, un oncle, un frère ; si je veux le critiquer, je parle du président, pas de Mellal car son nom est porté par toute une famille que je ne me permettrais jamais d’atteindre. Lui, il a cité mon nom et m’a qualifié d’hypocrite, et je lui pardonne en tout cas. Il y a eu des déclarations qui ne devraient pas avoir lieu. Mais pour moi, ce que je retiens, c’est la victoire des joueurs sans coulisse ou aide de l’arbitre. D’ailleurs, l’USMA n’a jamais été aidée depuis 13 journées ; tout le monde peut le vérifier.»

 

«Je souhaite à la JSK de vite se relever de cet échec»

Concernant l’adversaire du jour, Serrar se montre très sportif et souligne le mérite de la JSK qui, pour lui, n’a pas démérité et aura certainement un bel avenir. «Je souhaite que la JSK se relève vite de son premier échec qu’elle a concédé aujourd’hui. C’est une équipe très jeune et d’avenir ; ce qui est leur plus grand avantage. Elle pratique un beau football. On ne doit pas oublier seulement qu’il ne s’agit que de football. Il n’y a pas plus éphémère que la gloire d’un sportif. Maintenant, on est contents ; peut-être que plus tard, on perdra, on sera malheureux ; la vie continue, ce n’est que du sport.»


«Merci aux supporters et au service de sécurité»

Pour finir, le DG de l’USMA a tenu à remercier les supporters et le service de sécurité «Je tiens à remercier les supporters qui ont joué leur rôle de 12e homme. Peut-être qu’il y a eu de petites provocations par des chants, mais c’est connu partout dans le monde. Il n’y a eu ni accrochage ni agression ; au contraire, un bel accueil a été réservé à l’adversaire. Je tiens aussi à remercier le service de sécurité qui a assuré. C’était impeccable !»

  1. H.

Tizi Bouali : «Ibara m’a agressé et le juge de touche l’a vu»


Comment avez-vous vécu cette  défaite ?

C’est une défaite amère. On a bien joué, mais malheureusement on a manqué de réussite. On était bien en place, mais on a encaissé ce but au moment où il ne fallait pas.


Il y a eu un grand duel entre vous et Ibara…

Ibara m’a agressé et je crois que le juge de touche l’a vu. Il faut qu’on oublie ce match pour se tourner vers les matches à venir.


Les supporters vous ont longuement applaudi au coup de sifflet final et cela malgré cette amère défaite…

On demande pardon à nos supporters, car on a tout fait pour qu’ils repartent de Bologhine avec un grand sourire. On a tout donné et je crois qu’on méritait mieux au vu de la physionomie de la rencontre ; malheureusement, on a manqué de réussite.


Après cette défaite, vous n’avez plus droit à l’erreur, surtout que vous allez jouer à domicile face au NAHD ?

Effectivement, on doit à tout prix se ressaisir face au NAHD. On recevra deux fois de suite sur notre terrain et on doit faire le plein. Cette défaite est amère, mais on doit l’oublier afin de se concentrer sur le match face au NAHD.

  1. H.









Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de