Le 1er janvier, la Bretagne va perdre 2 kilomètres carrés

C’est une bizarrerie administrative amusante, mais pas très pratique qui va prendre fin au 1er janvier 2019, à la frontière entre la Bretagne et les Pays-de-la-Loire. Actuellement, le petit hameau de La Lemberdais (six maisons) est coupé en deux. Entre deux communes (Grand-Fougerais et Mouais), deux départements (Ille-et-Vilaine et Loire-Atlantique) et deux régions, donc. 

D’un côté quatre maisons, de l’autre deux. Ouest-France explique le casse-tête que c’est pour les habitants de la partie non-bretonne. Car le chef-lieu de la commune d’en face est beaucoup plus proche. De ce fait, les huit habitants de la partie Pays-de-la-Loire regardaient plutôt du côté de la partie bretonne. 

Pour huit habitants gagnés

Plus cocasse encore : le cas d’une habitante dont la maison est à cheval entre les deux régions. Si elle est considérée comme habitante des Pays-de-la-Loire, car son terrain est majoritairement de ce côté-là, elle payait bien deux taxes foncières différentes.  

Il s’agissait donc de simplifier. Le maire de Mouais n’a visiblement pas été dubitatif très longtemps : en moins d’un an, la procédure a été menée à son terme. La partie Pays-de-la-Loire a tout de même droit à une compensation : des terres agricoles. C’est ainsi que, au final, la Bretagne parvient à gagner huit habitants, tout en perdant un (tout petit) peu de terrain. 

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de