Le 11 novembre 1918, à 5 h 10… : notre grand récit d'une journée historique

Le 11 novembre 1918, à 5 h 10… : notre grand récit d'une journée historique
Des soldats français célébrant l’armistice du 11 novembre 1918. HUNTLEY FILMS ARCHIVES/FRANCE 2

PAR JACQUES DE SAINT VICTOR – Ce jour-là, les autorités françaises et allemandes signent la fin d’un conflit de plus de quatre ans, entraînant une liesse générale et, parfois, de l’incrédulité sur le front.

En ce matin du lundi 11 novembre, le président de la République, Raymond Poincaré, patiente dans son bureau. Dehors, il fait froid, mais un beau soleil inonde les jardins de l’Élysée. Poincaré attend la visite de Georges Clemenceau, qui est en retard. Entre Poincaré et Clemenceau, les relations sont houleuses. Mais, en ce jour particulier, les deux hommes doivent s’entendre pour annoncer la nouvelle aux Français. Depuis l’aube, ils savent tous les deux que, dans un train stationné en forêt de Compiègne, l’armistice vient d’être signé entre les plénipotentiaires alliés et allemands. La guerre la plus effroyable touche à sa fin.

» LIRE AUSSI – «Dès le premier jour de 14-18, Clemenceau manifeste une énergie exceptionnelle»

Tout s’est précipité à la vitesse de l’éclair. Jusqu’en juillet 1918, les Allemands pensaient pouvoir l’emporter. Avec la révolution bolchevique, le Reich avait pu libérer ses troupes du front russe pour les lancer à l’ouest contre les Alliés. La seconde «bataille de la Marne» a été …

Cet article est réservé aux abonnés. 95% reste à lire.

Je me connecte

Le Figaro Premium

Abonnez-vous pour 1€ seulement

Annulable à tout moment

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de