Hausse des intoxications aux champignons : le ministère de la Santé appelle les cueilleurs à la vigilance

Il est recommandé aux amateurs de cueillette de ne ramasser que les champignons que vous connaissez parfaitement, voire de demander l’avis d’un pharmacien ou d’un mycologue.

L’agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) et la direction générale de la santé (DGS) mettent en garde les amateurs de champignons contre les intoxications et appellent les cueilleurs à la vigilance, a appris franceinfo vendredi 9 novembre par un communiqué. Les centres anti-poison ont enregistré 250 intoxications aux champignons ces deux dernières semaines, dont quatre cas graves, alors que les conditions météo sont plus favorables à la pousse de champignons après un début de saison très sec. 

Les conséquences sur la santé peuvent aller jusqu’aux troubles digestifs sévères ou aux atteintes du foie pouvant nécessiter une greffe, rappellent l’Anses et la DGS. Ces derniers jours, deux personnes sont tombées dans le coma en Dordogne après avoir mangé des amanites tue-mouches qu’elles avaient confondu avec d’autres champignons, des oronges.

L’Anses et la DGS recommandent de ne ramasser que les champignons que vous connaissez parfaitement, voire de demander l’avis d’un pharmacien ou d’un mycologue. Il est déconseillé de ne pas cueillir les champignons dans des zones polluées.

Il est aussi préférable de se laver les mains après la promenade. Quant à la récolte, il faut la garder au maximum deux jours, au réfrigérateur, ne pas les consommer crus et ne pas la stocker dans un sac en plastique car ça accélère le pourrissement.

Il est aussi conseillé de photographier les champignons avant de les cuisiner, afin de les reconnaître en cas d’intoxication.

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de