France: les ex-Autolib vendues aux particuliers

C’est une seconde vie qui attend une partie des véhicules électriques d’autopartage qui étaient voués à la casse, grâce à un garage de Romorantin-Lanthenay qui les a remis en état.

Pour repartir au volant d’une BlueCar, il faudra débourser entre 3 700 et 4 500 euros, le prix proposé par le garage Cavarec, batterie électrique comprise. Une valeur largement inférieure aux 19 000 euros, toutes charges comprises, que les particuliers devaient débourser jusqu’en 2016 pour être propriétaire privé d’une BlueCar.

Vincent Bolloré, son promoteur en 2011, justifiait ce prix par la fameuse batterie LMP (Lithium Métal Polymère), décriée pour sa propension à consommer du courant à l’arrêt, mais douée d’une grande longévité.

Une voiture qui pouvait aussi coûter cher en cas de pépin grave. L’assureur d‘une cliente Autolib qui l’avait détruite dans un accident ayant déboursé près de 75 000 euros.

En ces temps de hausse continue des prix du carburant, le garage Cavarec a ouvert pour l’occasion un site internet au nom évocateur : adieulessence.com                                                                                                                                                                                  Depuis la fin du service d’autopartage, entre 3 000 et 3 500 voitures sont stockées sur le parking d’une ancienne usine Matra à Romorantin-Lanthenay.

CatégoriesRFI

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de