Equipe de France : Rami, Pavard, Sidibé, Dembélé… La logique de groupe de Deschamps fait débat

Dans sa liste publiée jeudi, le sélectionneur de l’équipe de France, Didier Deschamps, a décidé de maintenir sa confiance à plusieurs champions du monde en difficulté. Un choix qui suscite beaucoup de critiques.

Equipe de France : Rami, Pavard, Sidibé, Dembélé... La logique de groupe de Deschamps fait débat

Deschamps continue de privilégier les champions du monde.

19 sur 23. Ce mois-ci encore, les champions du monde occupent une part très importante dans la liste dévoilée jeudi par le sélectionneur de l’équipe de France, Didier Deschamps, pour affronter les Pays-Bas en Ligue des Nations (16 novembre) et l’Uruguay en amical (20 novembre).

Et encore, s’ils n’étaient pas blessés, les défenseurs Samuel Umtiti et Lucas Hernandez, le milieu de terrain Corentin Tolisso et le milieu offensif Thomas Lemar – les champions du monde «manquants» – auraient très certainement été de la partie.

J. Rothen – «quels sont les critères de sélection ?»

Défendue et assumée par DD, cette logique de groupe a tendance à subir de plus en plus de critiques. Les cas du défenseur central Adil Rami (OM), des latéraux droit Benjamin Pavard (Stuttgart) et Djibril Sidibé (Monaco) et de l’ailier Ousmane Dembélé (Barcelone), tous rappelés malgré leur méforme actuelle, suscitent notamment beaucoup d’interrogations.

«Est-ce rendre service à Adil Rami, Benjamin Pavard ou encore Djibril Sidibé, pour ne citer qu’eux, de les sélectionner en ce moment ? On peut comprendre la position du sélectionneur de ne pas les exclure du groupe uniquement parce que cela ne se passe pas très bien actuellement en club. Mais, honnêtement, ces joueurs méritent-ils d’être convoqués ?», s’est interrogé le consultant de Canal+, Pierre Ménès, ce vendredi dans sa chronique pour CNews. «Quels sont les critères de sélection ? Sidibé, Rami, Pavard… Quand on voit leurs prestations depuis la Coupe du monde, en aucun cas ils ne méritent d’être là ! Ce n’est pas parce que tu es champion du monde que tu dois être là d’office», a renchéri le consultant de RMC, Jérôme Rothen.

Deschamps fidèle à sa ligne de conduite

Jeudi, Deschamps avait anticipé ces critiques et défendu sa philosophie en conférence de presse. «Certains sont là, ils ont plus ou moins de difficultés dans leur club mais pour moi, la notion de groupe reste importante. Par rapport à ce que ce groupe a réussi dans notre objectif post-Coupe du monde», a souligné le Basque. «Après, si ça perdure, à moi de juger du niveau des joueurs, mais cela dépend aussi de la concurrence.» Avec 2 victoires (Pays-Bas, Allemagne) et 2 nuls (Allemagne, Islande) depuis le sacre en Russie, difficile en effet de donner tort au technicien, à part peut-être sur le match contre l’Islande (2-2) durant lequel l’attitude avait longtemps laissé à désirer.

En limitant les nouvelles entrées dans le groupe, Deschamps risque toutefois de se priver de joueurs en forme. La blessure de Lemar a certes permis de rappeler Anthony Martial, en feu ces dernières semaines avec Manchester United, mais un joueur comme Alexandre Lacazette, auteur de 6 buts en 14 matchs cette saison avec Arsenal, est par exemple resté sur le carreau, ce qui a le don d’agacer Ménès. «Que doit faire Alexandre Lacazette pour revenir chez les Bleus ? Ousmane Dembélé est en grande difficulté à Barcelone, alors que l’ancien Lyonnais marche sur l’eau avec Arsenal, mais il n’est pas dans les petits papiers du sélectionneur. Et au bout d’un moment, cela devient soûlant», a lâché le chroniqueur. Charge aux «étoilés» de donner raison à leur sélectionneur sur le terrain lors des deux prochaines échéances.

Approuvez-vous la logique de groupe de Didier Deschamps ? N’hésitez pas à réagir et à débattre dans l’espace «Ajouter un commentaire» …

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de