Echecs: le maître norvégien Magnus Carlsen remet son titre mondial en jeu

Incapable de porter l’estocade, le jeune prodige norvégien des échecs Magnus Carlsen a concédé le nul vendredi face à l’Américain Fabiano Caruana, lors du match d’ouverture du championnat du monde à Londres.

Sept heures: c’est le temps qu’a duré cette partie-marathon jouée en 115 coups, au cours de laquelle le Scandinave de 27 ans, qui tente de remporter un 4e titre mondial d’affilée, n’a pas su concrétiser une série de positions avantageuses qui semblaient pourtant lui offrir la victoire.

A l’issue du match, les deux joueurs ont exprimé leur déception: Carlsen pour son manque de réalisme, Caruana de ne pas avoir montré plus d’agressivité, bien qu’il ait ouvert avec les blancs, et donc avec un avantage.

“J’ai encore des choses sur lesquelles travailler”, a reconnu lors d’une conférence de presse le Norvégien, qui peine à retrouver son plus haut niveau.

“Je n’ai pas été très bon aujourd’hui”, a admis son adversaire de 26 ans, visiblement soulagé de s’être sorti des griffes de Carlsen.

Le “coup d’envoi” avait été donné à 15h00 GMT par l’acteur Woody Harrelson (“Tueurs nés”, “Larry Flint”, “Hunger Games”), pour le compte de Caruana.

L’Américain a débuté la fleur au fusil en lançant audacieusement un fou vers les lignes adverses, parvenant à s’emparer d’un cavalier noir, avant que Carlsen ne riposte en imposant son jeu, patiemment, jusqu’à planter sa reine au coeur de la défense de Caruana.

Peine perdue: quelques coups plus tard, et après une lutte acharnée, les deux joueurs se trouvaient privés de la majorité de leurs pièces offensives, finissant la partie en jouant au chat et à la souris avec seulement, dans chaque camp, une tour et quelques pions.

Séparé des joueurs par une double vitre transparente et anti-son, afin de ne pas perturber leur concentration, le public a accompagné chaque déplacement de commentaires passionnés, spéculant sur les coups à venir et l’état de forme des deux jeunes maîtres.

Ces derniers sont restés impassibles tout au long de la partie et ont soigneusement évité de se regarder.

– “Thor” des échecs –

Les deux joueurs ont encore onze matches, programmés jusqu’au 26 novembre, pour se départager. Le premier à atteindre 6,5 points sera déclaré vainqueur, une victoire en rapportant 1, un nul 0,5.

En cas d’égalité, ils livreront quatre parties supplémentaires semi-rapides, exercice dans lequel excelle le Norvégien, comme il l’avait démontré lors du championnat du monde de 2016 à New York face au Russe Sergueï Kariakine.

Initié par son père dès sa plus tendre enfance, “grand maître international” à 13 ans, Magnus Carlsen, numéro un mondial devant Caruana, est “sans aucun doute l’un des meilleurs joueurs d’échecs de tous les temps”, a déclaré à l’AFP Milan Dinic, rédacteur en chef du British Chess Magazine.

Difficile en effet de trouver une faille dans le jeu de ce jeune homme athlétique, mannequin à ses heures perdues, parfois surnommé le “Thor” des échecs, origines nordiques obligent.

Ses atouts? Une redoutable intuition et une mémoire prodigieuse qui lui permettent de disposer d’un vaste répertoire de coups.

“Je ne pense pas que Magnus ait de faiblesses évidentes”, avait souligné jeudi Caruana, lors d’une conférence de presse réunissant les deux joueurs. “Cela dit, il fait quand même des erreurs – nous en faisons tous. Le défi, c’est d’être prêt à les exploiter quand elles surviennent”.

La présence de Caruana permet aux États-Unis de compter un représentant à ce niveau pour la première fois depuis Bobby Fischer, autre légende de la discipline, qui avait battu en 1972 le Russe Boris Spassky lors du “match du siècle”, brisant, en pleine Guerre froide, 24 ans d’hégémonie soviétique.

Toute comparaison avec le champion américain serait “prématurée” à ce stade, a néanmoins estimé Caruana jeudi.

“Si je deviens champion du monde, ce sera un peu plus justifié”, a-t-il dit, notant toutefois ne partager ni le “style” aux échecs ni le même genre de caractère que Fischer, qui avait fini ses jours en Islande comme un misanthrope paranoïaque.

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de