Copa Libertadores : Pourquoi le Superclasico entre Boca Juniors et River Plate est immanquable

Une rivalité centenaire, et très chaude

Les deux clubs sont nés dans le quartier portuaire de la Boca, River Plate en 1901, Boca Juniors en 1905. Le premier des 246 derbies officiels s’est disputé le 24 août 1913, avec un succès de River Plate. Dans les années 1920, River a déménagé dans un quartier plus riche au nord de la capitale argentine, Nuñez, d’où son surnom du club des Millionarios. Une rivalité autant sociale que sportive s’en est suivie. Elle explose après les incidents du 20 septembre 1931 : trois expulsions et une bagarre générale obligent l’arbitre à arrêter le match. Dans la foulée, les supporters des deux camps s’affrontent violemment, un drapeau aux couleurs de Boca brûlé par les fans adverses ajoutant de l’huile sur le feu.

Depuis, d’autres Superclasicos sont entrés dans l’histoire. Le 15 octobre 1972, River remporte un match fou : après avoir mené 2-0, les Millionnaires encaissent quatre buts mais s’imposent finalement 5-4 à la dernière minute. Le 3 février 1974, pour son premier match sous le maillot de Boca, Carlos Maria Garcia Cambon marque quatre fois contre River. L’unique quadruplé dans l’histoire du Superclasico. La seule finale entre les deux clubs, pour déterminer à l’époque le vainqueur du Championnat, a eu lieu le 22 décembre 1976 (1-0 pour Boca).

Deux de ces chocs ont un goût très amer. Le 8e de finale retour de Copa Libertadores 2015 a été arrêté et perdu sur tapis vert par Boca après qu’un supporter a jeté à la mi-temps du gaz poivre sur des joueurs de River à leur retour sur le terrain.

(Presse Sports)
(Presse Sports)

Mais le pire a eu lieu le 23 juin 1958. Après un triste 0-0 au Monumental, des supporters de Boca, coincés dans un tunnel en raison d’une porte bloquée, sont victimes d’un mouvement de foule. 71 personnes y laisseront la vie, en majorité des enfants. C’est la «tragédie de la Porte 12».

Une affaire d’Etat

«Presque 80% des fans de football argentins sont de River ou de Boca. On le joue à Buenos Aires mais aussi en Terre de Feu, à Cordoba et dans toute l’Argentine», expliquait Cesar Luis Menotti, ancien entraîneur de Boca et de River, sélectionneur de l’Argentine championne du monde en 1978. Présentant un problème de sécurité évident, à quelques jours du premier G20 organisé à Buenos Aires, cette double rencontre se jouera sans supporters « extérieurs ». L’aller à la Bombonera se jouera donc uniquement devant les fans de Boca. Les supporters de River ne verront que le retour, au Monumental. Certains hommes et femmes politiques poussent donc pour que les rencontres soient diffusées sur une chaîne publique, «pour l’intérêt général». Le pays tourne au ralenti depuis qu’il sait que pour la première fois de l’histoire, un Superclasico se disputera en finale de Libertadores.

Le match en direct commenté

Sylvain Ligorred et Cyril Olives-Berthet

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de