Chirac, son ex-gendre et ce "braillard" de Mick Jagger

Leur première rencontre à Barcelone en 1992, en passant par la campagne présidentielle de 1995 et les vacances d’été au Fort de Brégançon… Thierry Rey raconte dans «Sept vies»* quelques souvenirs de moments passés auprès de Jacques Chirac. L’ancien judoka, aujourd’hui conseiller pour le comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris-2024, est l’ex-compagnon de Claude Chirac, avec qui il a eu un fils Martin, né en mars 1996.

L’une des saynètes rapportées est particulièrement savoureuse. Lors d’une visite privée de l’exposition «Picasso et ses maîtres», au Grand Palais à Paris, Mick Jagger, présent avec sa compagne, vient saluer le président Chirac et son épouse Bernadette «avec un flot de courbettes». «Une courte séance de civilités s’engage et le Stone confirme au président, enchanté, son amour de notre pays. Puis chacun reprend son chemin après un dernier petit signe amical », se souvient l’ex-champion olympique.

Quelques mètres plus loin, Jacques Chirac l’arrête «d’une main sur l’épaule», lui demandant «le plus sérieusement du monde» : «Dis-moi Thierry… peux-tu me rappeler le nom de ce braillard…». «C’était Mick Jagger, président, le chanteur des Rolling Stones», répond sobrement Rey, stupéfait. «Ah! parfait», réplique Chirac, avant de repartir.

Dans cet ouvrage, Thierry Rey raconte également ses années aux côtés des Chirac, qui continuèrent «d’accueillir à leur table, où qu’elle fût, à Paris ou ailleurs» leur ex-gendre. Il salue la «grande gentillesse» de Bernadette Chirac, qu’il appelle d’abord «madame», puis «à force de (se) faire taquiner», «Bernadette», puis «Bernie». «Elle reste l’opposé du portrait répandu d’une femme acariâtre, sèche et sans affects», écrit-il. La faire rire était un de ses «exercices préférés».

«Sept vies», de Thierry Rey, Stock.

Toute reproduction interdite

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de