Aposimz : marionnettes et science-fiction au menu de ce manga de dark fantasy par le créateur de "BLAME!"

Après les excellents BLAME! et Knights of Sidonia, Tsutomu Nihei revient sur le devant de la scène avec Aposimz, une nouvelle œuvre de science-fiction dystopique, qui se concentre sur un astre artificiel rempli de marionnettes, où la vie ne tient qu’à un fil et les ennemis sont nombreux et puissants. 

Après avoir séduit via des scénarios crus, violents et souvent opaques, Tsutomu Nihei livre ici une nouvelle expérience littéraire : Aposimz. Dans l’univers de cette œuvre, Aposimz n’est autre qu’un astre artificiel de 120 000 km (environ 10 fois la Terre) dont la majeure partie est constituée d’un espace souterrain recouvert de megastructures, supposées indestructibles. À sa surface, l’œuvre de Nihei suit les (més)aventures d’un groupe de marionnettes, qui tente de survivre malgré les conditions extrêmement difficiles qui régissent la surface de l’astre. 

Mais alors que leur quotidien se déroule sans accroc, une fille étrange poursuivie par des soldats de l’Empire va bouleverser leur quotidien, et ce pour de bon. Avant de déguerpir, la jeune fille, Titania de son nom, leur confie un code et sept projectiles, capables de changer le monde. Un cadeau empoisonné et extrêmement convoité, qu’il convient de protéger quoiqu’il arrive, pour le bien d’Aposimz dans son intégralité. Derrière cet univers digne d’un roman d’Asimov, Tsutomu Nihei ne s’éloigne pas de son style habituel et rempile pour un univers apocalyptique et cru, dans lequel la mort peut arriver à chaque tournant. 

Image extraite du manga “BLAME!“.

Des paysages ternes, mais grandioses aux marionnettes pleines de mystères, Aposimz captive, de par son univers étrange et mystérieux. Le scénario avance à pas feutrés, sans jamais trop en dévoiler. Certains seront immédiatement captés, quand d’autres arqueront un sourcil en se questionnant sur ce qu’ils viennent de lire. Cet univers, tout de blanc et de noir vêtu, est mis en valeur par les traits fins des dessins, qui viennent ici accentuer le côté frigide de l’astre. Aposimz ne manque pas d’attiser les références avec les précédentes œuvres du mangaka, détail que les adeptes du genre remarqueront avec plaisir. 

Néanmoins, Aposimz reste accessible et contemporain, ne délaissant pas les néophytes. Pour ceux qui seraient intéressés, sachez que le tome 1 d’Aposimz est disponible dès le 7 novembre 2018 en librairies ou sur Amazon, juste ici

Article sponsorisé

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de