Accident de la route : nuit tragique en Haute-Sône

Le premier accident a eu lieu peu après 1 h30 du matin dans Port-sur-Saône près du restaurant de la Pomme d’or en direction de Combeaufontaine. D’après un témoin qui était en voiture, le motard a  perdu le contrôle de sa moto lors d’un dépassement alors qu’une voiture arrivait en face. La moto a percuté un mur. Les jeunes hommes, âgés de 19 et 20 ans, sont décédés sur place. Treize pompiers de Port-sur-Saône et de Vesoul sont intervenus sur cet accident.

Plus tard dans la nuit, vers 6 heures, d’autres pompiers de Haute-Saône sont partis secourir deux automobilistes à la suite d’un choc frontal sur la RN 57 à la sortie de Rioz en direction de Besançon au niveau de la zone de travaux. Une fourgonette et une voiture se sont percutées. Un homme de 50 ans, au volant du véhicule léger, est décédé sur place. L’homme au volant de l’utilitaire, âgé de 45 ans, a été transporté dans un état grave au CHU de Besançon. Les enquêtes devront déterminer si les conducteurs étaient sous l’emprise de stupéfiants, d’alcool ou en train de téléphoner mais d’après les premiers éléments recueillis, il s’agirait plutôt d’erreur de conduite. 

Le procureur de la République Emmanuel Dupic a tenu à réagir à l’issue de cette nuit tragique. “C’est le plus triste bilan de 2018, déplore le magistrat du parquet. Depuis plus d’un an et demi, nous avons avec le préfet de Haut-Saône, renforcer les contrôles”. Le bilan de la sécurité routière pour l’année 2017 avait été particulièrement mauvais. En 2016, 10 personnes avaient perdu la vie en Haute-Saône.  L’année suivante, ce bilan était passé à 33 décès sur les routes de Haute-Saône.  
Début 2018, le préfet Ziad Khoury avait alors promis des “actions fortes” pour faire chuter ce bilan catastrophique. C’est un de ses “chantiers prioritaires”.

Des actions qui commençaient à porter ses fruits. Le bilan 2018 s’annonçait meilleur : au 1er novembre dernier, il y avait eu 14 morts sur les routes. Le nombre de blessés avait également baissé : 115 contre 141 en 2017.
Outre les contrôles routiers renforcés, le procureur de la République a renforcé le côté répressif de la lutte contre les accidents de la route en condamnant systématiquement à de la prison ferme les conducteurs récidivistes en état d’ébriété ou sous l’emprise de stupéfiant. 
 

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de