11-Novembre: Les portraits de 26.000 soldats de Loire-Atlantique réunis dans un mémorial virtuel

Alors que la France s’apprête à célébrer le centenaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Archives départementales de Loire-Atlantique permettent au grand public de mettre de noms sur les 26.400 soldats du département morts pour la France entre 1914 et 1918.

Les fiches de tous ces « poilus » sont en effet réunies dans un mémorial virtuel accessible sur Internet ou consultable directement
aux Archives départementales jusqu’au 7 avril. On y découvre leurs identités, leurs professions, leurs communes d’origine et de sépulture, leurs unités d’affectation. Autant de données extraites des registres militaires de l’époque.

Des photos, des lettres, des cartes postales

Mais plus d’un millier de fiches sont également enrichies de photos personnelles, de lettres, de cartes postales. « Ce sont des documents précieux transmis par les familles ou des associations, explique Fabrice Cheignon, responsable du mémorial. Ils permettent de mettre un visage, des mots, sur ceux qui ont fait le sacrifice de leur vie. Certains écrits sont emplis de bonne humeur, d’autres plus dramatiques. Il y a aussi des courriers ayant échappé à la censure où l’on sent de la lassitude, parfois du désespoir. Au-delà du caractère émouvant pour les familles, ça raconte ce qu’était la Grande Guerre. »

Le mémorial virtuel des soldats de Loire-Atlantique engagés dans la guerre 1914-1918. – F.Brenon/20Minutes
Des jeunes pour la plupart, venus de la campagne

A partir de ces milliers de données, une datavisualisation a été réalisée pour prendre de la hauteur sur les profils des engagés de Loire-Atlantique. On apprend ainsi que plus des deux tiers des soldats vivaient à la campagne, un sur deux était agriculteur, 62 % étaient âgés de moins de 30 ans, 84 % exerçaient des métiers manuels. Le plus grand nombre a trouvé la mort à la
Bataille de Verdun ou à la Bataille de la Somme.

« Ce mémorial a demandé beaucoup de travail depuis 2013, indique Fabrice Cheignon. Le centenaire marque évidemment une étape importante mais le projet va continuer à vivre. Les familles peuvent continuer de contribuer en s’adressant à nous. »

NantesNantes: La statue de la Délivrance réinstallée en centre-ville, 76 ans après 

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de