Rugby : la FFR présente un déficit de 7,35 millions d'euros

Alors que le XV de France peine à faire le plein au Stade de France pour la principale affiche de la tournée de novembre, ce samedi face à l’Afrique du Sud, voilà une nouvelle dont la FFR se serait certainement bien passée : le résultat net de la Fédération française de rugby pour l’exercice 2017–2018 s’élève à –7,35 millions d’euros, un déficit lié “aux événements exceptionnels”, a justifié ce vendredi la FFR à l’issue de son comité directeur. Elle l’a fait par l’intermédiaire d’un communiqué qui vient confirmer les informations parues sur le site du “Journal du Dimanche” jeudi.

Lié à des “événements exceptionnels”

“Le budget voté hors événements exceptionnels a été rigoureusement respecté avec un résultat de –0,25 millions d’euros sur l’exercice annuel”, s’est défendue la Fédération en préambule. Effectivement, lors de l’assemblée générale de la Fédération, à la fin du mois de juin à Perpignan, le budget prévisionnel pour la saison 2017–18 prévoyait une perte de l’ordre de 340 000 euros. Mais tout est dans la nuance, avec l’ajoute de la mention “hors événements exceptionnels”. 

Quatre d’entre eux expliquent, selon la Fédération, ce déficit important pour le premier exercice plein du président Bernard Laporte, élu en décembre 2016 : l’arrêt du projet du Grand Stade, “salvateur et garantissant la santé financière” et qui oblige à des “provisions” (2,5 millions), l’organisation de la Coupe du monde des moins de 20 ans en juin dans une “stratégie de reconquête pour redonner à la France sa place sur la scène internationale”, l’investissement pour obtenir l’organisation de la Coupe du monde 2023 et le limogeage du sélectionneur Guy Novès en décembre 2017, “une décision sportive assumée pour remettre le XV de France en ordre de marche”.

La situation financière se dégrade

Pour mémoire, la FFR et Novès sont depuis engagés dans une procédure prudhommale, l’ex-manager toulousain contestant son licenciement pour faute grave.

Malgré ce déficit, le commissaire aux comptes certifiera “sans réserves” les comptes lors de la prochaine assemblée générale financière, assure la FFR. Le trésorier général de la fédération, Alexandre Martinez, a d’ailleurs déclaré, toujours via ce même communiqué :

“La Fédération Française de Rugby se félicite que, dans un contexte très difficile, le budget voté lors de l’Assemblée Générale de Bourges ait été respecté, traduisant la haute attention des élus et des salariés de la FFR quant à leurs obligations en matière de rigueur financière.”

Ce n’est pas l’avis de Florian Grill, président de la Ligue Île de France, qui dénonce une situation de “dérapage budgétaire : “Lorsqu’ils ont essayé de nous faire croire que les pertes s’élèveraient à 340 000 euros, ils ne pouvaient pas ignorer la réalité des chiffres. Ils habillent le budget en présentant des dépenses comme de l’exceptionnel. Mais l’éviction de Novès, l’organisation du Mondial des moins de 20 ans, ce sont des décisions de gestion. Ce sont des choix. On ne peut pas dépenser l’argent qu’on n’a pas !”

Néanmoins, la logique comptable impose de constater une dégradation des comptes lors des deux dernières saisons. Lorsque Bernard Laporte a été porté à la présidence en décembre 2016, succédant ainsi à Pierre Camou, la situation financière était saine avec un résultat positif pour l’exercice 2015–16 de l’ordre “de 3,75 millions d’euros” rappelle le JDD. Sans parler de fonds propres plus que confortables.

La prochaine assemblée générale financière aura lieu le 1er décembre 2018 à Agen. Les questions ne devraient pas manquer.

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de