Ligue Europa: Voilà, c'est (presque) fini. Le Stade Rennais sombre à Kiev et tire un trait sur la qualification

Balayés 3-1 à Kiev, les joueurs rennais ont livré une prestation trop fragile jeudi en Ukraine. Relégués à cinq points des deux premiers, ils disent quasiment au revoir à la qualification. Même si, mathématiquement, ils ne sont pas encore éliminés. Mais au-delà du score, c’est la motivation d’un effectif pourtant taillé pour l’Europe qui inquiète les supporters.

Un état d’esprit qui interroge

Au-delà du résultat, c’est surtout l’état d’esprit affiché qui inquiète. Jamais on n’a senti les Rennais capables de renverser la tendance jeudi soir. « Aujourd’hui, on ne méritait pas de gagner », résumait Siebatcheu au micro de RMC Sport.

Toujours la même chose avec ce club. Heureusement que je suis loin de la rue de la soif actuellement #FCDKSRFC— Patrice Cartonrouge (@P_Cartonrouge) November 8, 2018

Entrée en fin de match, la recrue estivale a sauvé l’honneur en inscrivant un but dans les dernières minutes. Son premier sous ses nouvelles couleurs. « Un point ne serait pas une mauvaise opération », avait dit Lamouchi avant la rencontre. Sa composition inédite avec Nyamsi et Poha confirmait que le match le plus important de la semaine se jouerait dimanche face à Nantes. Les deux jeunes se sont noyés à Kiev.

Une première insipide

Au bout d’une première mi-temps immonde, les Rennais rentraient au vestiaire avec un but de retard. Presque un miracle tant ils avaient été baladés par les Ukrainiens. Sur un corner bêtement concédé, Verbic posait sa tête devant Traoré et trompait Koubek. En 45 minutes, Rennes n’aura absolument rien montré. Traoré en a fait les frais et est sorti à la mi-temps au profit de Niang. La seconde période sera meilleure.

#FCDKSRFCBen Arfa chez nous depuis Jablonec pic.twitter.com/VxdvyI82Ac— Benjamin.Trémoureux (@Benjimanne) November 8, 2018

Un arrêt qui change tout

Plus mobiles dans le second acte, les Bretons auraient pu revenir dans ce match sans un sauvetage d’anthologie de Boyko. Nous jouons la 54e minute et Rennes propose enfin une action construite. Sarr reprend un centre de Bensebaini. Arrêt miraculeux du gardien ukrainien qui sauve sur sa ligne grâce son bras droit. Que se serait-il passé si le Sénégalais avait marqué ? Cinq minutes plus tard, Mykolenko marquait de la tête, avant que le minot Shaparenko ne scelle le sort du match sur une jolie frappe enroulée.

Il est parti avec Prcic, Khazri et Gnagnon. Merci Létang. #fcdksrfc https://t.co/RQ1ErWOds5— HugoRzhn⭐️⭐️ (@HugoRzhn) November 8, 2018

Avec trois points en quatre matchs, le Stade Rennais est troisième d’une poule pourtant accessible. Et surtout bien loin de ses ambitions.

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de