Centenaire de l'armistice. On y célèbre aussi la paix

C’est un programme qui va bien au-delà de la simple commémoration qui a été préparée pour ce centenaire par les élus et le comité
C’est un programme qui va bien au-delà de la simple commémoration qui a été préparée pour ce centenaire par les élus et le comité (YVONNICK LE COUPANNEC)

La Ville entend marquer avec solennité la fin de la Première Guerre mondiale. La célébration de l’armistice donne lieu à un important programme de commémorations et d’animations à l’initiative du comité rassemblant associations patriotiques, Hennebont patrimoine, l’Atelier d’histoire, les établissements scolaires et les élus. Autant de rendez-vous labélisés « Mission du centenaire » et inscrits au programme national officiel auxquels le public est invité à s’associer. Si avec cet hommage les Poilus ne sont pas oubliés, l’idée première est de transmettre aux jeunes générations un message de paix avec en point d’orgue l’inauguration à l’entrée du parc de Kerbihan, près de la Maison pour tous, d’un square qui lui sera dédié et rassemblera, avec la rose « Simone Veil » au-delà de 14-18.

« Depuis le début de notre mandat, nous tentons de donner un sens aux différentes commémorations pour rassembler. Cette fois-ci, cela se fera avec encore plus de force », indique en préambule le maire, André Hartereau qui, avec Caroline Balsa, élue municipale, souligne qu’il est « nécessaire de s’interroger sur ce travail de mémoire. « Le message a évolué avec le temps. Il ne faut pas se limiter au caractère historique. Sans occulter le souvenir, il faut l’ouvrir à la culture de paix ».
Grâce aux services périscolaires, la nouvelle génération a aussi collaboré à l’événement en fabriquant bleuets et coquelicots, fleurs emblématiques du conflit car seules capables de survivre.

Expositions, films, conférences, théâtre sont donc au programme gratuitement pour faire œuvre de mémoire et porter aussi son regard vers l’avenir avec pour volonté de reprendre définitivement l’espoir des Poilus lorsqu’ils disaient que c’était la Der des ders.

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de