Brexit : et si Theresa May était un génie méconnu

Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraëli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.

Londres, 

Le 8 novembre 2018

Mon cher ami, 

Quel désaveu pour les libéraux de toute origine! Un siècle après la fin de la Seconde Guerre mondiale, c’est le patriotisme des dirigeants qui explique largement où en sont nos nations. Comme la tendance à l’individualisme est universelle, c’est le patriotisme qui fait la différence. 

Macron, un président de plus en plus symbolique

Je n’aurai pas la cruauté d’insister sur la manière dont votre président, le dernier des mondialistes, découvre à son corps défendant, qu’il ne va pas de soi, quand on a passé son temps à faire l’éloge de l’Europe fédérale et de la mondialisation néolibérale, de trouver les mots qui conviennent pour parler du pays que l’on gouverne, de son passé et pour parler à la « France d’en bas ». En fait, Emmanuel Macron est de plus en plus symbolique. C’est de moins en moins sa personne qui doit nous intéresser que ce qu’il représente: le pari perdu des élites françaises, qui ont abandonné la nation pour l’Europe et qui ont de moins en moins de prise sur le pays. Votre héroïque pays a porté l’essentiel de l’effort militaire des Alliés durant la Première Guerre mondiale. Eh bien! Par manque de patriotisme, vos dirigeants dilapident cet héritage. Ils l’avaient déjà fait une première fois, par aboulie face à la montée du nazisme; mais l’Histoire est généreuse et elle vous a donné le Général de Gaulle. Loin de la remercier de ce cadeau, les héritiers de l’esprit vichyssois (de gauche comme de droite) ont recommencé à vouloir vendre le pays par appartement. Votre société est toujours héroïque par bien des aspects, elle subit avec stoïcisme les décisions ineptes que, par veulerie ou par (…)lire la suite sur Atlantico

Brexit : l’épineux dilemme politique pour Theresa May et l’avenir du Royaume-Uni au lendemain du vote
Pour près de deux Allemands sur trois, Angela Merkel devrait se retirer
Vers un Brexit sans Brexit : Cet accord de divorce qui se profile malgré les démentis officiels (et dans l’espoir qu’il ne sera pas appliqué)

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de