Armement : les coopérations européennes se multiplient

Les restrictions budgétaires présentées mercredi par la loi de finances rectificative 2018 n’auront pas de conséquences significatives sur les livraisons d’équipements aux armées, a promis jeudi le directeur général de l’armement (DGA) Joël Barre. Son administration, chargée de l’équipement des forces, avait anticipé ce gel par une gestion prudente, a-t-il expliqué, en soulignant que les 319 millions d’euros d’annulations de crédits annoncés mercredi ne représentent que 3 % du budget d’équipement de 2018.

12,7 milliards de commandes

Cette année, la DGA peut engager 12,7 milliards d’euros contre 11,2 milliards l’an dernier, tandis que le montant prévu en 2019, première année d’application de la nouvelle loi de programmation militaire, atteindra 14,3 milliards d’euros. Parmi les investissements importants, la marine commandera en 2018 et 2019 ses cinquième et sixième sous-marins Barracuda, 4 navires pétroliers ravitailleurs et plusieurs patrouilleurs.

L’armée de l’air bénéficiera de la rénovation des avions Rafale au nouveau standard 3, avec notamment le nouveau missile air-air, MICA NG, dont 567 exemplaires seront commandés. Quant à l’armée de terre, elle recevra enfin ses premiers « Griffon », les blindés légers de nouvelle génération.

Une année sans panache pour les exportations

A l’exportation, l’industrie française de défense enregistre « une année normale », résume Joël Barre, en déclarant s’attendre en 2018 à quelque 7 milliards d’euros d’exportations, comme en 2017 – après 16 milliards en 2016 et 14 milliards en 2015, années de la vente de 12 sous-marins en Australie et de 96 Rafale à l’Egypte, le Qatar et l’Inde. Joël Barre a d’ailleurs confirmé que les négociations avec l’Australie se poursuivaient pour définir l’accord de partenariat stratégique et débloquer une nouvelle tranche de contrats de 1,5 milliard d’euros.

Il a par ailleurs confirmé que la DGA avait estimé que « les conditions n’étaient pas réunies » pour que Dassault Aviation participe au futur appel d’offres que souhaite lancer le Canada en 2019 pour acquérir 88 avions de combat. Notamment parce que la France n’appartient pas à l’alliance dite des « Five Eyes » formée par les services de renseignement du monde anglo-saxon (Royaume-Uni, Australie, Canada et Nouvelle-Zélande). Ce qui aurait compliqué l’échange de renseignements avec les Américains.

Multiples coopérations européennes

Pour la DGA, les principaux défis de 2019 sont toutefois de donner vie à la coopération européenne. Avec le Royaume-Uni, la DGA cherche comment maintenir un courant d’échanges dans l’aviation de chasse « pour garder le contact », tandis que se poursuit le programme commun sur un nouveau missile, capable de remplacer les actuels missiles anti-navires Harpoon et Exocet, ainsi que les missiles de croisière Scalp et Storm Shadow. Deux nouveaux partenariats viennent d’être conclus, avec l’Italie via l’alliance entre Naval Group et Fincantieri, et avec la Belgique, qui vient de signer un accord intergouvernemental avec la France pour s’équiper comme l’armée de terre française en blindés.

Reste le partenariat le plus ambitieux mais le plus compliqué à mettre en place : celui pour concevoir avec l’Allemagne le char du futur et le système de combat aérien du futur (Scaf). « Notre espoir est de pouvoir lancer les premières études sur le Scaf en janvier 2019 », a précisé Joël Barre, sans cacher que cet enjeu essentiel en développements technologiques et industriels faisait l’objet de discussions musclées. Alors que l’industrie aéronautique française est en avance sur l’allemande, les industriels français s’inquiètent des ambitions de leurs voisins.

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de