En attendant le remaniement, rumeurs et inquiétudes dans les ministères

Mais quand l'Elysée va-t-il remanier le gouvernement ?Edouard Philippe sur le perron du Château, le 10 octobre 2018. — Eric FEFERBERG / AFP

  • Dans l’attente du remaniement depuis une semaine, les cabinets des ministres s’adaptent : il faut poursuivre la gestion des « affaires courantes » mais aussi modifier à la dernière minute les agendas de certains membres du gouvernement.
  • Alors que rien ne filtre des discussions au sommet de l’Etat, mais que les rumeurs se multiplient, les membres des cabinets sont contraints d’attendre, « dans le flou », de savoir s’ils devront faire leurs cartons ou non.

Il y a des jours qui semblent plus longs que d’autres. Dans certains cabinets ministériels, on attend depuis plus d’une semaine un remaniement qui n’arrive pas, entre fébrilité, résignation et curiosité, mais surtout « dans le flou », selon un membre d’un ministère. Dans les cabinets, l’état d’esprit varie en fonction du nombre de rumeurs insinuant que le ou la ministre est sur la sellette. Car une seule chose est sûre : ce sont bien plusieurs ministères qui verront leur locataire changer après la démission de Gérard Collomb.

Agendas chamboulés

Plongés dans l’attente, les cabinets ont dû s’adapter et modifier parfois à la dernière minute l’agenda des ministres. Bruno le Maire a ainsi annulé son déplacement aux réunions annuelles du FMI et de la Banque mondiale, prévues mercredi à Bali, pour ne pas sécher le conseil des ministres. Toujours du côté de Bercy, Gérald Darmanin a décidé de reporter son voyage à Mayotte et La Réunion, préférant « rester en métropole le temps du remaniement », selon son cabinet cité par  Le Figaro.

Plusieurs ministères n’ont d’ailleurs pas jugé bon de publier leur agenda hebdomadaire cette semaine. « Ils étaient prêts, et il y avait plein de choses de prévues, mais en interne, on a décidé de ne pas l’envoyer », indique le service de presse du ministère de la Cohésion des Territoires, où Jacques Mézard est annoncé sur le départ, contrairement à son secrétaire d’Etat Julien Denormandie.

Les deux hommes ont toutefois maintenu des déplacements, mais le ministère a choisi de les annoncer au fil de l’eau. Ils ont même des déplacements prévus pour la semaine prochaine, indique le ministère, alors que le remaniement pourrait intervenir dès vendredi soir, au retour d’Emmanuel Macron en France.

« Heureusement qu’on ne s’est pas arrêté dix jours ! »

« Les affaires courantes continuent », assure-t-on dans plusieurs ministères concernés par d’éventuels départs. C’est aussi le message que le tandem exécutif veut marteler, face à l’opposition qui dénonce une « paralysie » au sommet de l’Etat. « Les ministres sont à leur tâche, ils sont ici et ils répondent aux questions », a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe devant les sénateurs ce jeudi, tout en reconnaissant que « la situation n’a pas vocation à durer ».

« On n’a pas le choix, tant qu’il n’y a pas de démission du gouvernement, les cabinets existent », répond-on dans un ministère, avant d’en rire : « heureusement qu’on ne s’est pas arrêté dix jours ! » Mais le temps commence à sembler long aux batteries de conseillers des cabinets ministériels, suspendus à la décision de l’Elysée, d’autant plus long que rien ou presque ne filtre des échanges entre le président et son Premier ministre sur le casting du futur gouvernement. L’attente pourrait se prolonger jusqu’au début de semaine prochaine.

« Personne ne sait rien », nous affirmait mardi un proche du chef de l’Etat. Les rumeurs s’enchaînent et se contredisent depuis quelques jours. « C’est n’importe quoi ! », souffle un jeune membre d’un cabinet. Au ministère de la Culture, où Françoise Nyssen est fragilisée, l’inquiétude était palpable ces derniers jours, selon plusieurs sources.

Car en cas de changement de ministre ou de secrétaire d’Etat, le sort du cabinet peut basculer : certains conservent tout ou partie de l’équipe de leur prédécesseur, d’autres arrivent avec une nouvelle équipe, contraignant les anciens à faire leurs cartons parfois du jour au lendemain.