Des lycéens victimes d’un laxatif à la cantine? La scène est tirée d’une série de Netflix

La vidéo de lycéens victimes d'une limonade contenant du laxatif est tirée d'une série Netflix. — capture d'écran

  • Une séquence vidéo très partagée depuis des semaines sur les réseaux sociaux montre des lycéens malades souiller les couloirs de leur établissement.
  • Plusieurs versions affirment que cette crise collective a été provoquée par un laxatif glissé à la cantine.
  • En réalité, la scène, purement fictive, est tirée de la deuxième saison d'American Vandal, une série de Netflix qui parodie les documentaires sur les crimes. 

C’est une scène d’horreur… intestinale. Dans une vidéo filmée au smartphone, des élèves au plus mal, souvent pliés en deux, tentent tant bien que mal de se précipiter vers les toilettes de leur établissement… mais finissent par vomir ou céder à leur diarrhée sur le trajet, au détriment de leurs uniformes et des couloirs du lycée.

La séquence, particulièrement répugnante, semble avoir été filmée dans un véritable lycée. Et sa légende précise l’origine de cette crise collective atypique : « C’est pas cool d’avoir mis du laxatif dans l’eau de la cantine… »

Cette vidéo, partagée au minimum 2.300 fois sur Facebook – où elle circule sous différents titres –, a fait le tour du web depuis sa première apparition fin septembre. Sur Twitter, une version de la vidéo comptabilise ainsi à elle seule 4,5 millions de vues. Si la séquence fait logiquement le tour du web, elle n’a rien d’authentique : il s’agit d’un passage de la série American Vandal, produite par Netflix.

FAKE OFF

Lancée le 14 septembre, la deuxième saison reprend la recette qui avait fait le succès de la première, un an plus tôt : une enquête menée dans un établissement scolaire… sous la forme d’un (faux) documentaire. Le genre, connu sous le nom de « mockumentary », permet aux créateurs d’American Vandal, Tony Yacenda et Dan Perrault, de tourner en dérision de véritables séries documentaires à succès comme Making a murderer.

La séquence de traumatisme collectif prend place dans le premier épisode de la saison, The Brownout : les élèves d’un lycée catholique sont pris de troubles digestifs après avoir bu la limonade de la cantine, empoisonnée par une personne malveillante… qui revendique ensuite son acte en identifiant ses victimes dans les photos du drame publiées sur Instagram.

Les 8 épisodes de la deuxième saison tournent autour de l’enquête visant à identifier l’auteur de cette mauvaise blague – dont on trouvait les images dès le 21 août 2018 dans la bande-annonce mise en ligne par Netflix.

« On a utilisé deux types de caca différents »

Une fois sortie de son contexte, la vidéo a notamment été relayée sur Snapchat, ce qui a pu renforcer l’illusion qu’il s’agissait d’une scène bien réelle, filmée sur le vif dans un lycée. Son contexte change d’ailleurs selon les sites, certains affirmant que le laxatif a été introduit dans la cantine par le cuisinier du lycée, et d’autres par un élève.

Après une première saison dont l’enquête visait à identifier l’auteur des graffitis de pénis retrouvés sur une vingtaine de voitures de l’établissement, les co-créateurs d’American Vandal ont cette fois-ci voulu se focaliser sur « le caca », comme l’explique Tony Yacenda à Thrillist : « On a voulu se montrer encore plus sombres dans la saison 2. Et on voit notamment [dans les documentaires sur des crimes] des images violentes, difficiles à regarder, de traces de sang liées à ces horribles meurtres. Ça vous fait réagir de manière vraiment viscérale, qui vous tient tout au long du documentaire. […] Je pense que le caca est la version la plus stupide de cette réaction viscérale. Des murs et des sols recouverts de caca. Ça provoque une réaction viscérale, vraiment sombre. »

Fiction oblige, les matières fécales visibles dans la vidéo n’ont heureusement rien d’authentique. « [On a utilisé] deux types de caca différents. L’un était une sorte de mélange d’argile utilisé dans les reconstitutions […] et celui de la séquence filmée au smartphone, […] on a choisi une variété de reproductions en se basant sur l’échelle de Bristol [qui catégorise les selles selon 7 types différents] » rassure Tony Yacenda.

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse fakeoff@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre la désinformation. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de