HBC Nantes: «On a perdu, mais pas contre Riri, Fifi et Loulou…», estime le coach nantais Thierry Anti

Valero Rivera auteur de 2 buts contre Flensburg. — S. Artu/ HBCN

« Ils ont récité leur handball car on ne leur a pas posé de problèmes particuliers… » Arnaud Siffert, le gardien du HBC Nantes, a le sens de la formule et du résumé. Dimanche, pour son premier match de poule haute de la Ligue des champions, les Nantais – finalistes de la compétition la saison dernière – se sont inclinés (31-34) à Beaulieu contre le champion en titre d’Allemagne, Flensburg.

« Aujourd’hui, ils ont été un cran au-dessus dans tous les domaines, et peut-être qu’on a été un peu tendres », poursuit Siffert. Menés (16-18) à la pause, les Nantais n’ont jamais été en mesure de repasser devant des Allemands, impressionnants en défense.

Une défense de fer allemande

« Ils nous ont usés physiquement pendant une heure, regrette le pivot Nicolas Tournat, qui n’a pas passé que du bon temps au contact des colosses allemands. Ils avaient une défense très rugeuse, on a donc laissé beaucoup d’énergie. » Le HBCN s’est tellement fracassé sur cette défense de fer qu’il en a balbutié son handball. «Dès que tu perds des ballons contre eux, ça fait gamelle derrière, note le capitaine Rock Feliho. Ce n’est vraiment pas un bon match de notre part.»

Riri, Fifi et Loulou

Thierry Anti, le coach nantais, abonde dans le sens de son capitaine : « Ils avaient une meilleure base arrière que nous et leurs gardiens ont fait des arrêts, leur victoire et leur supériorité sont donc logiques. Aujourd’hui, on a perdu un match, mais pas non plus contre Riri, Fifi et Loulou [champion d'Allemagne en titre auteur d'un magnifique début de saison en Bundesliga]. Flensburg a joué à un très haut niveau de Ligue des champions… » A l’inverse du HBC Nantes qui n’avait jamais été vaincu à domicile en Ligue des champions la saison dernière…

>> A lire aussi : HBC Nantes: «Peut-être que nous sommes un peu fous…», avoue le président Pelletier