Bernard Blaquart (Nîmes) : «Une force collective»

Foot Ligue 1 Nîmes

Bernard Blaquart (entraîneur de Nîmes, qui a accroché Bordeaux) : «Les points, il faut qu'on les prenne quand on peut. Comme tout le monde, on en a besoin. Ce qui est rassurant, quand on est entraîneur, c'est que, quand on est mené au score, on sait qu'on peut revenir. On peut aussi prendre d'autres buts, c'est vrai, c'est la réalité, mais quand il y a qu'un but d'écart ou deux des fois, jusqu'au bout on peut revenir. C'est une force collective. C'est un groupe qui vit depuis plusieurs années ensemble, les joueurs se connaissent bien, ils passent beaucoup de temps ensemble en dehors du terrain. On ne joue pas au football pour s'emmerder, mais pour gagner des matches, pour être libéré et être heureux. Je voudrais que mes joueurs se libèrent encore plus, certains peuvent encore faire mieux, ils ne sont pas complètement libérés. Je ne veux pas que la compétition et le résultat à tout prix les inhibent. Il y a un peu d' insouciance, ils ne sont pas calculateurs mais ils manquent un peu d'expérience.»

Paul Bernardoni (gardien) : «On était venu chercher un ou trois points, on menait à la mi-temps donc il y a une petite frustration d'avoir lâché mais, sur la physionomie du match, on est très heureux de repartir avec un point. On a été mené, on est revenu, on a été de nouveau mené, cela montre que notre état d'esprit est toujours là, il faut le garder. Il y a des regrets mais aussi un peu de fierté car on est capable de revenir, ce n'est pas la première fois qu'on le fait, il faut persévérer mais aussi gagner des matches. Sur le papier on est peut-être moins bon que les autres mais sur le terrain, on démontre de grosses qualités. Honnêtement, je ne suis pas spécialement surpris vu ce que je vois à l'entraînement et comment on se donne.»

Avec AFP