Coupe du monde 2026 : le Maroc mobilise ses amis français

A l’approche du choix du pays hôte par la FIFA, le royaume a présenté à Paris son dossier de candidature. Objectif : fédérer les soutiens européens.

Des répliques du trophée de la Coupe du monde, en Chine, en 2018.
Des répliques du trophée de la Coupe du monde, en Chine, en 2018. Crédits : Bobby Yip / REUTERS

Lire aussi :   Coupe du monde 2026 : toute l’Afrique (ou presque) vote pour le Maroc

Si les Marocains jettent leurs dernières forces dans la bataille, c’est que les échéances décisives approchent. Le 29 mai, une task force de la Fédération internationale de football, la FIFA, devra dire si les dossiers des deux candidats – le Maroc et le trio Etats-Unis/Mexique/Canada – sont éligibles. Puis le 13 juin, 207 fédérations de la FIFA (les 211 fédérations membres moins les quatre candidats) réunies en congrès choisiront de donner leurs voix (ou de s’abstenir) à l’un ou l’autre pour accueillir la Coupe du monde de football en 2026. Pour Rabat, il s’agit donc de prouver que la candidature marocaine est la meilleure ; et face à l’Amérique de Trump, le royaume chérifien a quelques arguments.

Eviter le syndrome du suréquipement

« La candidature du Maroc sera bénéfique pour tous les acteurs clés », a souligné Moulay Hafid Elalamy, ministre marocain de l’industrie et du commerce et président du comité d’organisation, lors de la présentation du dossier technique. Pour les joueurs, qui pourront jouer dans des distances raisonnables ; pour les fans, qui n’auront pas de problèmes de visa ; pour la FIFA, qui touchera d’importants profits ; pour le Maroc et l’Afrique, qui profiteront d’un développement accéléré ; et enfin pour le monde, alors que les valeurs « d’apaisement et de tolérance » font partie du Maroc, a-t-il détaillé.

Les défenseurs de la candidature marocaine mettent l’accent sur le développement économique du pays, expliquant qu’entre 2003 et 2017, le PIB a été multiplié par 2,1, dopant les capacités autoroutières, aéroportuaires, hôtelières et touristiques. Pour la Coupe du monde 2026, douze villes ont été choisies « dans un rayon de 550 km autour de Casablanca », à rebours des longues distances proposées par le trio américain. Rabat veut aussi rassurer sur les infrastructures sportives : non seulement les quatorze stades ultramodernes promis seront prêts à temps, mais le Maroc a innové, défend le ministre, en créant un modèle de « stade modulable » : des installations aux normes internationales mais dont certaines parties pourront être enlevées et réutilisées ailleurs afin d’éviter le syndrome post-Coupe du monde de suréquipement.

Lire aussi :   Coupe du monde 2026 : le Maroc charge la FIFA

Les promoteurs du dossier marocain veulent montrer qu’ils éviteront les erreurs passées commises par d’autres pays hôtes, notamment du Sud, sortis surendettés de cette aventure. Ainsi, selon M. Elalamy, sur les 15,8 milliards de dollars (environ 13,3 milliards d’euros) d’investissements nécessaires à l’organisation de l’événement, 13,8 milliards sont déjà inscrits dans des stratégies sectorielles propres au développement du Maroc. Manqueraient donc 2 milliards, qui seraient fournis par la partie du budget national destinée à être réallouée (environ 12 % chaque année). Le ministre met aussi en avant « l’héritage » d’une telle aventure pour le royaume : des stades, 21 nouveaux hôpitaux, ainsi qu’un tunnel entre Marrakech et Ouarzazate « qui permettra de désenclaver toute la zone », assure-t-il en réponse aux critiques internes sur les lacunes de développement du Maroc.

Entre les lignes, M. Elalamy n’a pas manqué de tacler la candidature concurrente, insistant sur le Maroc « pays de tolérance », sur la réputation de sécurité du royaume et sur son accessibilité pour de nombreux pays du monde. Certains critères demandés sont « ridicules », a-t-il fustigé, citant les 60 millions d’arrivées aéroportuaires requises : « Pour recevoir 1,1 million de personnes ? Pourquoi ? Pour éliminer 97 % des pays de la planète d’une telle compétition ? » Au « bid book » (le dossier technique), qui représente 24 tomes et 40 000 pages, s’est ajoutée « une coquetterie nouvelle, la task force », a rappelé le ministre. Cette commission de cinq personnes, membres de l’administration ou de commissions de la FIFA, est chargée de rendre un rapport sur l’éligibilité de chaque dossier.

« Si le Maroc gagne, c’est l’Europe qui gagne »

Au-delà des arguments techniques, le royaume mise sur les atouts « géopolitiques » de sa candidature. Mardi, Pascal Boniface, directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et spécialiste de la géopolitique du sport, a défendu « une certaine idée du monde » : « Le monde se multipolarise, le football le doit aussi », a-t-il poursuivi, sauf à dire que « seule une oligarchie de pays peut organiser les grandes fêtes sportives ». Le géopolitologue a directement visé le président américain : « Peut-on accueillir le monde entier alors qu’on crache au visage du monde entier ? », a-t-il questionné en référence aux interdictions de visas de l’administration Trump et au mur de séparation entre le Mexique et les Etats-Unis, assurant que le Maroc offrirait « une Coupe du monde à visage et à dimension humaines ».

Lire aussi :   La violence, ce mal qui gangrène le football marocain

La répartition des rôles lors de cette soirée de soutien était manifestement bien rodée. Le président du groupe d’amitié France-Maroc à l’Assemblée, le député Mustapha Laabid (La République en marche), a expliqué que cette candidature est aussi celle de l’Europe. « Le Maroc est un carrefour entre l’Afrique et l’Europe. Si le Maroc gagne, c’est l’Europe qui gagne, c’est l’Afrique qui gagne », a-t-il affirmé, rappelant qu’en quatre-vingt-douze ans, l’Afrique n’avait accueilli la compétition qu’une seule fois alors que le football y est le sport roi. Le député européen Gilles Pargneaux (Parti socialiste), président du groupe d’amitié UE-Maroc, a appelé les capitales européennes à soutenir Rabat. Enfin le président du groupe d’amitié au Sénat, Christian Cambon (Les Républicains), a salué « la symbolique de la paix » d’une telle candidature : « Ce n’est pas un hasard si le monde arabe tout entier la soutient. »

Dans le camp marocain, à l’approche de l’échéance du 29 mai, on se dit « relativement confiant », estimant qu’il sera bien difficile à la task force de trouver de quoi éliminer cette candidature. « Nous y avons mis notre sang, nous y croyons au niveau de nos tripes », a prévenu le ministre Elalamy, pour qui le Maroc acceptera de gagner ou de perdre mais « dignement », dans le respect des « valeurs d’éthique et de transparence ». Une ultime mise en garde alors que les derniers mois ont été marqués par des accusations de favoritisme et de manipulations au sein de la FIFA en faveur de la candidature nord-américaine.

Leave a Reply

avatar
  S’abonner  
Notifier de