VIDEO. «C’est un dur», Trump relativise les exécutions ordonnées par Kim Jong-un

Donald Trump et Kim Jong-Un lors d'un sommet historique, le 12 juin 2018. — SAUL LOEB / AFP

Les droits de l’homme ont été les grands oubliés du sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un. Interrogé à bord d’Air Force One par un journaliste de Fox News sur les exécutions ordonnées par le dictateur nord-coréen, le président américain a relativisé, citant les circonstances de l’accession au pouvoir du jeune leader.

« C’est un tueur, il a clairement fait exécuter des gens », commence le journaliste Brett Baier. Selon les estimations du think tank National Security Strategy, Kim Jong-un a fait exécuter au moins 340 personnes pour solidifier son pouvoir, y compris son oncle, déclaré coupable de trahison. Il est également soupçonné d’avoir ordonné l’assassinat de son demi-frère, Kim Jong-nam.

« Je pense qu’on se comprend »

« Hey, c’est un dur. Quand vous prenez le pouvoir dans un pays dur, que vous succédez à votre père, peu importe qui vous êtes, quels coups de pouce vous avez. Si vous pouvez faire ça à 27 ans, moins d’une personne sur 10.000 en serait capable. C’est quelqu’un de très intelligent. Un négociateur de talent. Je pense qu’on se comprend », lance le président américain.

« Mais il a clairement fait des choses horribles », interrompt le journaliste. « Ce n’est pas le seul. Je pourrais lister un paquet de pays qui ont fait des choses horribles », répond Trump. Le président américain avait utilisé le même argument pour relativiser les actions de Vladimir Poutine, citant le passé des Etats-Unis, un pays « loin d’être innocent », selon lui.

Sur Kim Jong-un, le président américain a effectué un virage à 180° en quelques mois. L’an dernier, dénonçait sur Twitter les actions « d’un fou qui affame ou tue son peuple ». Fin avril, il le qualifiait de personne « très honorable ».