General Electric ne tiendra pas ses engagements en matière d’emploi en France

Le conglomérat américain a annoncé jeudi au gouvernement qu’il ne créerait pas 1 000 emplois nets dans l’Hexagone comme promis lors de la reprise d’Alstom Power, en 2015.

Le PDG de General Electric, John Flannery, à New York, en novembre 2017.

« Confrontée à un environnement difficile du fait de l’évolution défavorable de ses marchés historiques dans le secteur de l’énergie », General Electric a multiplié les restructurations dans ce secteur. Fin 2017, le conglomérat avait ainsi annoncé la suppression de 12 000 postes dans le monde dans ces activités, et plus de 4 000 postes en Europe.

Lire aussi :   En difficulté, General Electric juge l’ex-Alstom « très décevant »

L’Etat désarmé face à cette volte-face

Dans ces conditions, John Flannery, le nouveau président-directeur général du groupe, qui avait été le principal négociateur du rachat d’Alstom, a fait savoir au ministre de l’économie qu’il ne pourrait pas honorer les engagements pris en 2015. A la fin du mois d’avril 2018, seuls 323 emplois nets ont été créés. Et cela ne devrait pas aller beaucoup plus loin, en dépit des multiples assurances données régulièrement aux autorités ainsi qu’aux médias.

L’Etat semble désormais désarmé face à cette volte-face. Dans son communiqué, Bruno Le Maire dit prendre acte de ces informations et a demandé à John Flannery que « le groupe GE prenne désormais toutes les dispositions nécessaires pour se conformer au mieux aux engagements pris. Il a également demandé que des perspectives claires soient données pour les années à venir à chacun des sites industriels de GE en France, qui permettent d’assurer la pérennité de l’activité et des emplois associés. » Une nouvelle rencontre est organisée à l’automne afin d’examiner les propositions de General Electric.