Début de sortie de crise à Mayotte : l’intersyndicale va proposer la levée des barrages

Fatihou Ibrahim, le porte-parole du mouvement social qui dure depuis plus de trois semaines, a salué « des avancées réelles » dans les discussions avec le gouvernement.

Le Monde |

Manifestation à Mayotte le 12 mars.

Il a ainsi annoncé qu’une levée des barrages routiers serait proposée mercredi à la population à l’occasion d’un rassemblement au chef-lieu de l’île, Mamoudzou. « On a des avancées réelles, le plan de lutte contre l’insécurité est acté, a salué M. Ibrahim. La ministre s’est engagée à remettre plus d’Etat sur le territoire. »

Lire aussi :   L’immigration, un facteur important de la démographie à Mayotte

Une île bloquée depuis plus de trois semaines

Depuis plus de trois semaines, Mayotte est confrontée à des grèves et des blocages pour protester contre l’insécurité et l’immigration irrégulière en provenance des Comores ainsi qu’un sentiment d’abandon de l’Etat. Mardi en début d’après-midi, la situation paraissait bloquée entre l’intersyndicale, les élus de Mayotte et le gouvernement. Après plus de trois heures de négociation, les premiers avaient refusé l’offre de dialogue lancée par Mme Girardin.

« Nous allons voir la ministre et lui expliquer que la tonalité qu’elle a donnée à sa visite n’a pas du tout plu aux Mahorais. Ceux-ci ont compris que c’était une mascarade », lançait alors Fatihou Ibrahim, qui dénonçait un « manque de respect » de la part de la ministre des outre-mer.

Lire aussi :   A Mayotte, la délinquance et la violence ont pris des proportions dramatiques

L’intersyndicale avait également rejeté les propositions avancées – des « sous-mesures » pour les manifestants – par Mme Girardin lundi : renforcement des forces de l’ordre dans l’île, création d’un état-major de la lutte contre l’immigration irrégulière à terre et sur mer, lutte contre les abus du droit du sol…