Violences en milieu hospitalier: Selon vous, comment améliorer la sécurité dans les hôpitaux?

Les urgences d'un hôpital. (Illustration)

Les urgences d'un hôpital. (Illustration) — JEROME MARS /JDD/SIPA

  • Ce jeudi se tiendra la première journée d’échange du Club des directeurs et conseillers sûreté des établissements hospitaliers.
  • L'enjeu de cet événement est d'engager une réflexion globale sur l'amélioration de la sécurité dans les hôpitaux.
  • Selon le rapport 2017 de l'Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS), en 2016, 360 établissements (soit 6,23 % des établissements) ont déclaré 17.596 signalements d’atteintes aux personnes et aux biens.

Incivilités, agressions verbales, voire violences physiques et séquestration : à l’hôpital, les personnels soignants et administratifs sont de plus en plus souvent victimes de violences, de la part de patients souffrant de troubles et de leurs proches parfois à cran. Selon le rapport 2017 de l’Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS), en 2016, 360 établissements (soit 6,23 % des établissements) ont déclaré 17.596 signalements d’atteintes aux personnes et aux biens. Une violence quotidienne à laquelle s’ajoute la menace terroriste. Pour les personnels concernés, l’environnement de travail peut devenir source de peur et d’angoisse. C’est pourquoi ce jeudi a lieu la première journée d’échange du Club des directeurs et conseillers sûreté des établissements hospitaliers, qui se tient au CHU de Nîmes. Au programme : réflexion sur le principe de sécurité globale à l’hôpital, prévention de la radicalisation ou encore application du Plan Vigipirate dans les établissements hospitaliers.

​Vous travaillez en milieu hospitalier : trouvez-vous que la sécurité est assurée dans l’établissement dans lequel vous travaillez ? Avez-vous déjà été victime de violences ? Dans quel cadre les faits se sont-ils passés ? Dans quel service travaillez-vous ? Quelles mesures devraient être prises selon vous pour renforcer la sécurité dans les hôpitaux ?

>> Vous pouvez témoigner dans les commentaires ci-dessous ou en envoyant un mail à contribution@20minutes.fr. Les témoignages serviront à la rédaction d’un article. Merci.